/opinion/blogs/columnists
Navigation

Nos auteurs

CA_Steve E. FortinCA_Marie-Eve DoyonCA_Stéphane Lessard

Atterrissage difficile pour Martine Ouellet

Atterrissage difficile pour Martine Ouellet
JOEL LEMAY/AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

Martine Ouellet n’aura visiblement pas droit à la lune de miel que reçoit normalement un nouveau chef de parti. Je serai sans aucun doute le seul à parler d’une piste d’atterrissage cette semaine sans faire référence à Bombardier.

L’arrivée d’un nouveau leader provoque toujours un « rebrassage » de cartes. En ce sens, il est tout à fait normal que Martine Ouellet désire placer ses pions. Elle devait une fière chandelle à la clique d’Option nationale qui a préparé sa venue en politique fédérale (lire ici).

Cependant, elle n’a donné aucun rôle majeur aux députés bloquistes qui eux proviennent de la filière péquiste. C’est ainsi que Luc Thériault (leader en chambre) et Rhéal Fortin (chef intérimaire) se sont fait tabletter au profit de Xavier Barsalou-Duval et Mario Beaulieu. Au nombre qu’ils sont, je ne leur souhaite pas de démission. Le départ d’un député représenterait 10 % du caucus. Au fait, ce n’est pas en voie de disparition, un élu bloquiste ?

Une chance qu’il y a les rhinocéros

Personne ne s’attendait à une victoire du Bloc québécois dans la circonscription de Saint-Laurent. L’ancien fief de Stéphane Dion est plus rouge qu’une pancarte d’arrêt-stop. Cependant, une légère hausse des appuis aurait été un petit signal positif. Résultat final : 951 votes, et surtout derrière le vert, Daniel Green (un gars concept quand même).

Le bloquiste, William Fayad, éternel candidat poteau autoproclamé, n’a réussi à surpasser que le Parti rhinocéros. Au fait, ce n’est pas en voie de disparition, les rhinocéros ?

Militance

À Québec, ce week-end, s’est tenue une rencontre entre militants. Martine Ouellet devait être présente mais elle s’est désistée à la dernière minute. Elle a surement changé d’idée quand elle a su qu’il n’y avait que 12 personnes présentes. Soyons honnêtes, l’implication politique n’est plus ce qu’elle était. Tous les partis peinent à recruter de nouveaux membres. Le Bloc québécois ne fait pas exception à la règle. Cependant, l’annonce de la présence de la nouvelle cheffe aurait dû attirer un peu plus de personnes.

Néanmoins, Madame Ouellet doit bien se rendre compte qu’elle pourra compter sur bien peu de soldats dans sa lutte pour le pays. Au fait, ce n’est pas en voie de disparition, les militants politiques ?

Finir sur une bonne note pour Martine

Je ne pouvais pas conclure mon texte avec un peu de positif. Je reconnais à Martine Ouellet d’avoir des convictions. Elle les portera jusqu’au bout, peu importe l’issu du combat. Un des plus grands mythes chez les souverainistes, c’est de croire que les gens ne les appuient pas en plus grand nombre parce qu’on ne parle pas assez de la question nationale. Avec Martine, nous allons en entendre parler de la souveraineté. On pourra donc juger si elle a raison ou si elle a tort. Au fait, ce n’est pas en voie de disparition, le Bloc québécois ?