/news/green
Navigation

Une résidente craint de tout perdre

La propriétaire de Sainte-Thérèse a investi beaucoup d’argent dans sa maison depuis sept ans

inondation sainte-thérèse
Photo Isabelle Houle Les deux logements qu’Isabelle Aumont avait aménagés dans son sous-sol ont été inondés.

Coup d'oeil sur cet article

Une résidente de Sainte-Thérèse ayant investi des milliers de dollars pour rénover sa maison craint maintenant de tout perdre en raison des inondations qui ont frappé son quartier.

Isabelle Aumont, 43 ans, s’est dépêchée de réveiller ses locataires dans la nuit de jeudi à vendredi quand elle a vu que l’eau commençait à monter dans son sous-sol. Elle a monté tous ses meubles en vitesse du sous-sol au rez-de-chaussée.

Malgré tout, la résidente de la rue Du Parc, à Sainte-Thérèse, craint de devoir déclarer faillite puisque la rivière aux Chiens est sortie de son lit pour une rare fois en 50 ans.

«C’est la catastrophe», dit-elle.

Sa maison, un triplex, a été complètement ravagée.

«L’eau est passée de six pouces à trois pieds de hauteur en une heure à peine. C’était la panique. Je suis sortie pieds nus pour dire à mes locataires d’en bas de sortir. Tout est fini, ils n’ont plus rien de bon dans cet appartement», ajoute-t-elle.

Un studio était également aménagé au sous-sol. Elle raconte avoir investi près de 70 000 $ en rénovations depuis sept ans.

«J’ai tout fait pour que ma maison soit aux normes, pour avoir une belle qualité de vie. Cet été, je voulais aménager une cour pour recevoir des amis. Là, j’ai ça.»

Mme Aumont doute que ses assurances paient pour ce type de dégâts. Elle espère de l’aide gouvernementale, mais doute que ce soit suffisant. Elle dit ne pas vouloir sombrer dans les émotions pour le moment et cherche des solutions. «Je suis fatiguée, je n’ai pas dormi depuis 30 heures», a-t-elle lancé.

À la rue, avec un sac de linge

Au Centre communautaire du Parc Ducharme Sainte-Thérèse, qui a été aménagé pour accueillir les sinistrés, deux personnes étaient assises à une table, découragées.

«Les pompiers nous ont demandé de sortir ce matin. L’eau entrait par le plancher. Mes outils sont restés là, dans l’eau. On retrouvait un pied d’eau dans la chambre», raconte Sylvain Michaud, résident de la rue Le Bouleteau.

Chantal Massicotte, quant à elle, paniquait, littéralement. «Je ne voulais pas partir et laisser mes affaires là. On m’a convaincue finalement, mais ça me fatigue beaucoup de ne pas savoir ce qui arrive chez moi.»

N’ayant en leur possession que leurs vêtements, ces personnes n’ont pas de famille proche et sont prises en charge par le personnel de la Ville. Plusieurs centres communautaires sont ouverts à cet effet dans les environs.

Les endroits les plus touchés

Sainte-Thérèse

  • Rivière aux Chiens
  • 20 à 35 mm*

Sainte-Dorothée

  • Rivière des Prairies
  • 30 à 35 mm*

Huntingdon

  • Rivière Châteauguay
  • 30 à 35 mm*

Rosemère

  • Rivière des Mille Îles
  • 30 à 40 mm*

Montréal (près du boulevard Lasalle)

  • Fleuve Saint-Laurent
  • 30 à 35 mm*

Saint-Hyacinthe

  • Rivière Yamaska
  • 30 à 40 mm*

Victoriaville

  • Rivière Nicolet
  • 25 à 30 mm*

*(pluie et fonte de la neige)