/news/politics
Navigation

Malala utilise le rire pour secouer les parlementaires canadiens

La militante pakistanaise Malala Yousafzai, 19 ans, a été marquée par sa rencontre avec le premier ministre Justin Trudeau, a-t-elle répété mercredi.
Photo AFP La militante pakistanaise Malala Yousafzai, 19 ans, a été marquée par sa rencontre avec le premier ministre Justin Trudeau, a-t-elle répété mercredi.

Coup d'oeil sur cet article

OTTAWA | Usant à maintes reprises de l’humour comme arme, la jeune Pakistanaise Malala Yousafzai a livré un vibrant plaidoyer pour le droit à l’éducation des filles, mercredi aux Communes, enjoignant au Canada de faire preuve de leadership.

Celle qui a remporté le prix Nobel de la paix en 2014 pour sa résistance aux Talibans a été décorée de la citoyenneté canadienne honoraire au Parlement, mercredi, devenant ainsi la sixième personne à mériter ce titre honorifique, rejoignant notamment Nelson Mandela et le Dalai Lama.

«Le monde a besoin de leadership. Le monde a besoin de leadership selon le principe de servir l’humanité et non en fonction du nombre d’armes que tu as. Le Canada peut exercer ce leadership», a déclaré la messagère de la paix pour les Nations unies, devenant à 19 ans la plus jeune non élue à prendre la parole aux Communes.

La Pachtoune, qui a fait de l’éducation des filles son principal cheval de bataille après avoir survécu à une balle tirée par les Talibans lorsqu’elle avait 15 ans, a salué les efforts canadiens. N’empêche qu’elle pense que le pays peut en faire beaucoup plus.

«Si le Canada mène, le reste du monde suivra», a-t-elle lancé aux députés et sénateurs.

Yoga et tatouages

La jeune femme, qui a plusieurs fois reçu les ovations des députés et sénateurs réunis aux Communes, a également provoqué plusieurs rires, ajoutant une touche de fraîcheur à ce lieu où les attaques partisanes ont normalement préséance.

«Il fait du yoga et a des tatouages», a lancé à la blague Malala Yousafzai au sujet de Justin Trudeau. Elle a fait valoir que les gens semblaient plus emballés par sa rencontre avec le «jeune» premier ministre que par l’obtention de sa citoyenneté honoraire.

Ce n’est pas la première fois que le Canada cherche à décorer la jeune militante. Une cérémonie à cette fin devait aussi avoir lieu sous le gouvernement Harper, avant d’être annulée en raison de l’attaque survenue au Parlement le même jour en octobre 2014.

«L’homme qui a attaqué la colline du Parlement disait être un musulman, mais il ne partageait pas ma foi, a-t-elle dit mercredi. Il partageait la haine de l’homme qui a attaqué la mosquée de Québec.»

Qui est Malala Yousafzai ?

  • Originaire du Pakistan, elle a été ciblée par des assassins talibans à 15 ans pour avoir défendu le droit des filles d’aller à l’école
  • En 2014, elle devient la plus jeune personne à recevoir le prix Nobel de la paix
  • Est depuis porte-parole internationale pour l’éducation des filles et les droits des femmes et des filles.
  • A été décorée citoyenne honoraire canadienne mercredi à l’âge de 19 ans.
  • Elle est l’une des six personnes seulement à avoir reçu la citoyenneté canadienne honoraire avec Raoul Wallenberg, Nelson Mandela, le 14e dalaï-lama, Aung San Suu Kyi et l’Aga Khan

Ce qu’ils ont dit

«Malala, tu es un exemple de bonté, autant avec tes mots qu'avec tes gestes et c'est quelque chose qui a résonné non seulement chez les Canadiens, mais aussi dans le reste du monde.»

– Justin Trudeau, premier ministre du Canada

«Malala incarne beaucoup des qualités des Canadiens: le courage, la conviction et une détermination à aider ceux qui ont besoin de soutien.»

– Rona Ambrose, chef intérimaire du Parti conservateur

«Au-delà de sa propre histoire, elle est un symbole pour tous ceux et celles qui luttent.»

– Hélène Laverdière, députée du NPD