/news/currentevents
Navigation

Procès de Réal Savoie : les policiers ont simulé une fausse agression

Sonia Raymond
PHOTO D'ARCHIVES Sonia Raymond

Coup d'oeil sur cet article

NEW CARLISLE | Des agents doubles ont réussi à obtenir des aveux d’un présumé meurtrier en simulant un kidnapping et une agression rappelant la scène d’un meurtre commis en 1996 en Gaspésie.

Réal Savoie, 54 ans, est accusé d’avoir agressé sexuellement et tué Sonia Raymond en 1996 à Maria, en Gaspésie. Dès le départ, les policiers l’ont suspecté, mais n’avaient pas assez de preuves pour l’accuser.

Mr. Big

D’octobre 2013 à mai 2014, une opération Mr. Big a entraîné Savoie dans une fausse organisation criminelle dans le but ultime de lui faire avouer son crime.

«J’ai dit à l’agent V, qui prenait place à l’arrière, de prendre un couteau. Je voulais reproduire une scène semblable à celle du meurtre de Sonia Raymond», a dit l’agent couvreur, chef d’orchestre de l’opération Mr. Big, au jury jeudi.

Il a précisé que Savoie n’a rien vu de ce qui se passait derrière la camionnette, mais qu’il devait tout entendre puisqu’il était assis devant. «Je voulais qu’il voie la fille sur le bord de la route en sous-vêtements après l’agression», a précisé l’agent double, pour qui ce scénario avait une importance toute particulière.

«Je veux qu’il sache que l’organisation n’a pas de problème avec le fait de violenter une femme», a dit l’agent couvreur, dont l’identité est protégée.

Pour réussir à faire avouer le présumé meurtrier, le grand patron de l’organisation criminelle, qui est en fait un agent double de la SQ, dira à Savoie que les policiers sont sur le point de l’accuser du meurtre de Sonia Raymond, mais qu’il peut l’aider à condition qu’il raconte tout de son crime.

Quarantaine de scénarios

Le témoignage de l’agent couvreur, qui a fait jeudi la nomenclature devant la Cour d’une quarantaine de scénarios montés par les policiers pour faire avouer Savoie, montre que plus l’opération avançait, plus l’intensité et la gravité des crimes auxquels participait Réal Savoie s’intensifiaient... et plus les policiers lui donnaient de l’argent.

«Plus le risque est grand, plus la paye est grosse. C’est comme ça dans le monde criminel», a précisé l’agent couvreur.

Savoie sera ainsi impliqué dans le transport et la transaction de plusieurs marchandises illégales à travers tout le Canada. Savoie croit qu’il agit dans le crime, mais en fait, il est fourni et vend le matériel à des agents doubles. Tout n’est qu’un scénario fictif pour lui faire avouer son meurtre.