/opinion/columnists
Navigation

C’est le temps de dégeler

Coup d'oeil sur cet article

Je n’ai jamais compris l’obsession que la marijuana suscite chez plusieurs de nos concitoyens.

Quand je militais dans les cégeps, j’avais toujours un taupin avec la tuque tombante qui venait à mon kiosque: «Si vous légalisez le pot, c’est sûr j’vote pour vous autres. LOL.» Je plaignais ce pauvre hère de ne pas entretenir de désirs plus ardents pour sa société.

En même temps, ça me fait rire quand j’entends le conservateur Luc Berthold dire que Justin Trudeau «fait plaisir aux fumeurs de pot, pas aux familles canadiennes». Dans les familles canadiennes où il y a des ados, justement, on sait pourtant que l’accès au cannabis est déjà extrêmement facile sans que la prohibition y change quoi que ce soit, et ça, c’est inquiétant.

Pas prêt

Néanmoins, la légalisation est en train de se produire et, un an et demi après l’arrivée au pouvoir des libéraux, il serait temps de le réaliser.

Voilà pourquoi il y a quelque chose de complètement effarant dans le fait de voir le gouvernement Couillard tomber des nues avec le dépôt du projet de loi. Ça crève les yeux que Québec n’a rien préparé.

Carlos Leitao l’avait indiqué il y a longtemps, la légalisation, ça ne l’intéresse pas. Un ministre des Finances qui ignore des revenus potentiels, la droite trouvera ça rafraîchissant.

Risibles

Lucie Charlebois semble complètement désespérée par le fait qu’Ottawa ait justement choisi de laisser les provinces s’organiser.

En qualifiant de «risibles» les sommes prévues pour réduire les méfaits de la consommation, la ministre n’a pas l’air d’avoir compris qu’une politique intelligente serait de faire en sorte que cet argent vienne de la vente.

On sait que les libéraux de Philippe Couillard n’aiment pas que leur gouvernement ait trop de responsabilités. Reste qu’ils n’auront d’autre choix que de dégeler à un moment donné.