/world
Navigation

«Un conflit pourrait éclater à tout moment», avertit la Chine

CHINA-FRANCE-DIPLOMACY
AFP Le ministre chinois des Affaires étrangères, Wang Yi.

Coup d'oeil sur cet article

PÉKIN | «Un conflit pourrait éclater à tout moment» en Corée du Nord, a averti vendredi le ministre chinois des Affaires étrangères, Wang Yi, après de nouvelles menaces de Donald Trump envers le régime de Pyongyang.

«Le dialogue est la seule issue», a déclaré M. Wang lors d'un point de presse à Pékin en compagnie de son homologue français Jean-Marc Ayrault, au lendemain de propos du président américain promettant que le «problème» nord-coréen serait «traité».

Quiconque provoquerait un conflit dans la péninsule coréenne «devra assumer une responsabilité historique et en payer le prix», a martelé le ministre chinois.

Dans le dossier du nucléaire nord-coréen, «le vainqueur ne sera pas celui qui tient les propos les plus durs ou qui montre le plus ses muscles. Si une guerre a lieu, le résultat sera une situation dont personne ne sortira vainqueur», a prévenu M. Wang, sans citer explicitement les récentes menaces du président américain.

»On a le sentiment qu’un conflit pourrait éclater à tout moment. Je pense que toutes les parties concernées doivent être hautement vigilantes vis-à-vis de cette situation», a-t-il plaidé. 

La Chine, considérée comme la seule alliée de la Corée du Nord, s'oppose au programme nucléaire à visée militaire du régime de Kim Jong-Un, mais a appelé régulièrement les États-Unis à la retenue dans ce dossier.

Selon de nombreux observateurs, la Corée du Nord pourrait, à l'occasion du 105e anniversaire de la naissance de Kim Il-Sung, premier dirigeant du pays, procéder samedi à un nouveau tir de missile balistique ou même à son sixième test nucléaire, tous deux interdits par la communauté internationale.

«Les options militaires sont déjà en train d'être étudiées», a déclaré vendredi un conseiller en politique étrangère de la Maison-Blanche, sous couvert d'anonymat, ajoutant s'attendre à ce que Pyongyang procède à un nouveau test, soit de missile balistique soit nucléaire.

«Avec ce régime, la question n'est pas de savoir si (cela va arriver) mais juste de savoir quand», a-t-il ajouté. 

Donald Trump avait annoncé samedi dernier l'envoi vers la péninsule coréenne du porte-avions Carl Vinson, escorté par trois navires lance-missiles, puis quelques jours plus tard avait évoqué une «armada» comprenant des sous-marins.

Un tel porte-avions transporte en général 70 à 80 avions ou hélicoptères, dont une cinquantaine d'avions de combat.