/news/currentevents
Navigation

Un agent double et un suspect de meurtre au Canadien

Il s’agissait d’une façon de lui extirper des aveux

Sonia Raymond a été retrouvée morte assassinée sur la plage à Maria, en Gaspésie, en 1996.
Photo capture d’écran Sonia Raymond a été retrouvée morte assassinée sur la plage à Maria, en Gaspésie, en 1996.

Coup d'oeil sur cet article

NEW CARLISLE | Un agent double qui s’est fait passer pour un criminel afin de soutirer des aveux à un suspect de meurtre affirme que celui-ci était «à l’aise et content de faire des petites magouilles».

Réal Savoie, 54 ans, est accusé d’avoir agressé sexuellement et tué Sonia Raymond, en 1996, à Maria, en Gaspésie.

D’octobre 2013 à mai 2014, des agents doubles ont entraîné Savoie dans une fausse organisation criminelle dans le but ultime de lui faire avouer son crime.

L’agent infiltrateur qui se faisait passer pour son patron dans la fausse organisation a témoigné mercredi au palais de justice de New Carlisle.

Sonia Raymond
Photo d'archives
Sonia Raymond

Match de hockey

Dès novembre, après un mois d’infiltration dans la vie de Savoie qui croit dès le départ travailler pour une compagnie de livraison de courrier légitime, l’agent B invite son employé au Centre Bell pour un match du Canadien, sachant que Savoie est un amateur de sport.

Dès le lendemain, il lui a montré des chandails contrefaits et, dans les jours qui ont suivi, il lui a demandé s’il serait «à l’aise de faire des magouilles» pour lui. L’agent B précise qu’il laisse alors miroiter à Savoie que «plus le risque est grand, plus la paye sera grosse».

Inquiet pour son BS

«Il s’inquiète pour son BS (Savoie est alors assisté social), mais il me dit qu’il est prêt à le lâcher pour travailler plus pour moi», a témoigné l’agent double. Tout l’automne 2013 et durant l’hiver 2014, Savoie fait plusieurs «jobs» pour la fausse organisation criminelle. «Il me dit qu’il est à l’aise avec le travail et content de travailler pour moi», a répété plusieurs fois l’agent B.

En mars, Savoie a été tranquillement introduit par l’agent B auprès du supposé grand patron qui l’aura fait passer aux aveux en avril 2014.