/news/green
Navigation

Plus de 100 cas de Zika au Québec

Une vingtaine de femmes ont subi un avortement préventif pour éviter les malformations chez les enfants

Bloc moustique zika
Photo d’Archives Les cas de Zika ne devraient pas diminuer cette année selon la santé publique, qui invite les Québécois voyageurs à être prudents.

Coup d'oeil sur cet article

Les Québécois qui planifient leurs vacances dans le Sud doivent toujours considérer le virus Zika, qui continuera de faire des victimes cette année, prévient la santé publique.

«Il faut être prudent. Ce n’est pas parce qu’on n’en parle pas dans les journaux que le problème est résolu. Les cas ont continué», souligne le Dr Jean-François Desrosiers, président du comité consultatif québécois sur la santé des voyageurs, à l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ).

Plus de 100 cas

Au total, 102 Québécois ont été infectés depuis le 1er janvier 2016, selon le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS). Treize femmes infectées étaient enceintes, et un bébé est né avec le virus. Son état de santé demeure inconnu.

Excepté l’enfant, tous les cas ont été contractés à l’extérieur du Québec, dans des pays où le virus est présent (Amérique centrale et du Sud).

«Ça devrait se stabiliser, mais c’est assez récent, dit le Dr Desrosiers. Il y aura probablement encore beaucoup de cas dans les prochaines années.»

Le virus Zika se transmet par un moustique infecté, qu’on trouve dans les pays chauds. Depuis 2015, plusieurs éclosions ont été notées en Amérique du Sud.

Principalement, le virus est dangereux pour le fœtus, puisqu’il cible le système nerveux et peut provoquer des malformations au cerveau (petite tête).

Plusieurs avortements

À la clinique Morgentaler, une «bonne vingtaine» de femmes enceintes qui craignaient d’être infectées ont subi un avortement préventif durant le temps des Fêtes.

«Il y a eu une vague. La majorité des femmes sont tombées enceintes en voyage ou après, note France Désilets, directrice générale. Elles ne voulaient pas prendre le risque.»

Selon l’INSPQ, les femmes enceintes, ou qui souhaitent le devenir, devraient éviter de voyager dans les zones à risque.

Cette recommandation s’applique aussi à leur conjoint, puisque le virus Zika peut être transmis par voie sexuelle pendant six mois. «C’est inquiétant parce que c’est nouveau et qu’on n’en connaît pas beaucoup», note le Dr Desrosiers.

À noter qu’il n’existe aucun vaccin ou traitement actuellement.

Moustiques infectés ?

Par ailleurs, bien que les moustiques porteurs du Zika ne résistent pas au froid du Québec, des chercheurs se penchent à savoir si des moustiques d’ici pourraient devenir infectés.

«Il y a beaucoup de recherches en marche, c’est possible que nos espèces soient capables de transmettre le virus», dit prudemment Christopher Cloutier, chercheur spécialisé dans les moustiques à l’Université McGill.

Christopher Cloutier<br>
<i>Spécialiste des moustiques</i>
Photo Améli Pineda
Christopher Cloutier
Spécialiste des moustiques

L’Agence de la santé publique du Canada qualifie le risque pour les voyageurs de «faible mais constant».

Cas recensés au Québec

  • 102 cas depuis janvier 2016
  • 89 cas en 2016 13 cas en 2017
  • 72% des cas touchent des femmes
  • 66% sont agées entre 20 et 44 ans
  • 13 femmes étaient enceintes
  • 1 bébé est né infecté 

Cas recensés au canada

  • 486 cas depuis janvier 2016
  • 2 bébés sont nés avec anomalies observées

Symptômes du virus

  • Éruption cutanée plate et rouge
  • Yeux rouges
  • Faiblesse
  • Maux de tête
  • Manque d’énergie
  • Douleurs musculaires ou articulaires
  • Fièvre légère

Sources: Agence de santé publique du Canada et MSSS