/lifestyle/books
Navigation

Que faire quand on a tout oublié ?

Angélique Barbérat
Photo courtoisie Angélique Barbérat

Coup d'oeil sur cet article

Après le grand succès de Bertrand et Lola et L’instant précis où les destins s’entremêlent, vendus à plus de 100 000 exemplaires en Fran­ce, la romancière Angélique Barbérat propose la troublante histoire d’une femme devenue amnésique après un acci­dent de voiture: La vie enfuie de Martha K.

Martha, retrouvée dans la remorque d’un camion en Allemagne, à la frontière polonaise, est incapable de se souvenir de son identité. Personne ne sait comment elle est arrivée là. Quand on lui présente son mari et son fils, elle voit bien qu’ils sont sa famille. Elle rentre avec eux près du lac d’Annecy et découvre sa vie d’avant.

Au fil des jours, il y a quelque chose qui accroche. Martha ne se retrouve pas dans cette vie où elle doit tout réapprendre. Elle ouvre sa propre enquête: que faisait-elle sur une route lointaine, un froid matin de janvier? Pourquoi a-t-elle le sentiment que quelqu’un lui manque?

Une rencontre avec le personnage

Cette histoire lui est tombée dessus. «L’histoire arrive avec la première phrase et je rencontre le personnage, comme si c’était une rencontre dans la vraie vie. Je rentre tout de suite dans le roman, je navigue avec les personnages et je suis emportée par eux», explique Angélique, en entrevue téléphonique.

Elle note quand même que les questions de l’amnésie, de l’oubli et de la mémoire sont des liens fondateurs qui relient tous ses romans. «La mémoire, c’est notre squelette. C’est vraiment ce qui nous donne notre architecture dans la vie. C’est ce qui se transmet de génération en génération, ce qu’on porte en nous. Tout ce qui est dit et non dit dans les familles. Tout ça nous constitue. C’est notre architecture intérieure.»

Dans ses précédents romans, elle a dénoncé la violence conjugale et raconté l’histoire d’un couple qui veut oublier cela, puis a raconté une prise d’otage et la volonté encore des personnages de passer par-dessus la tragédie. «Avec Martha, c’est l’oubli que j’aborde, d’un point de vue différent: Martha a tout oublié. Comment on fait pour vivre quand on a tout oublié?»

Histoire bouleversante

Pour la romancière, il fallait se mettre dans la peau d’un personnage où tout est à refaire. «Elle est une page vierge. Elle le dit: tout le monde peut inscrire sa version. C’est très difficile de vivre sans mémoire: on n’a plus de repères. Tout le monde lui explique comment elle est. Elle a l’impression d’apprendre sa vie comme on apprend une leçon, parce qu’elle se sent différente de la personne qu’on lui décrit, donc elle est très déstabilisée.»

Angélique la comprend. «C’est très troublant. C’est avancer comme sur du sable mouvant quand on ne sait pas qui on est, ce qu’on a fait et pourquoi on l’a fait. C’est terrible.»

L’histoire de Martha est bouleversante. «Ça dérange parce que ça nous renvoie à une peur vraiment ancrée, très loin au fond de nous: cette peur d’être perdu.»

Elle est arrivée à communiquer facilement avec Martha. «C’était facile d’entrer en elle: c’est un peu comme un travail d’acteur. J’interprète ce que le personnage ressent et mon travail, c’est de le mettre en mots.»