/world/usa
Navigation

La Corée du Nord menace Washington de le «rayer» de la carte

Des nouvelles images du leader nord-coréen Kim Jong-Un ont été dévoilées dimanche par la Korean Central News Agency (KCNA).
AFP Des nouvelles images du leader nord-coréen Kim Jong-Un ont été dévoilées dimanche par la Korean Central News Agency (KCNA).

Coup d'oeil sur cet article

SÉOUL - Un site officiel nord-coréen a averti les États-Unis qu’ils seraient «rayés de la surface de la Terre» si Washington déclenchait une guerre sur la péninsule, dernier épisode en date des échanges de menaces qui alimentent les tensions dans la région.

Samedi, le vice-président américain Mike Pence avait annoncé que le porte-avions américain Carl Vinson et son groupe arriveraient «dans quelques jours» en mer du Japon alors que les rumeurs sur un possible sixième essai nucléaire nord-coréen sont insistantes.

Pyongyang rêve de construire un missile capable de porter le feu nucléaire sur le continent américain. Le pays reclus a multiplié ces derniers temps les déclarations incendiaires et mené deux essais de missiles rien que depuis le début du mois.

Dans une série d’éditoriaux, le journal Rodong Sinmun, porte-voix du parti unique au pouvoir, explique que les forces nord-coréennes ne sont pas impressionnées par l’arrivée imminente du porte-avions qui constitue «un chantage militaire non déguisé».

«Une telle menace pourrait peut-être impressionner une méduse mais ne marchera jamais sur la RPDC», République populaire démocratique de Corée, nom officiel de la Corée du Nord, affirme le Rodong. Les forces nord-coréennes sont prêtes «à couler le porte-avions nucléaire américain d’une seule frappe», avait écrit la veille le journal.

Le site de propagande Uriminzokkiri estime que l’envoi du Carl Vinson est une déclaration de guerre. «C’est la preuve qu’une invasion de la Corée du Nord se rapproche tous les jours.»

Dans un éditorial présenté comme signé de la main d’un officier de l’armée, le site prévient Washington que ce serait «une erreur grossière» de prendre le Nord pour la Syrie qui n’a pas lancé «de contre-attaque immédiate» après une frappe américaine en début de mois.

En cas d’attaque, dit le site, «le monde verra comment les porte-avions nucléaires inconscients de Washington sont réduits en tas d’acier, coulés par le fond, et comment un pays qui s’appelle l’Amérique est rayé de la surface de la Terre».

M. Pence, qui vient d’achever une tournée dans la région, a déclaré comme d’autres responsables américains que «toutes les options étaient sur la table», y compris l’option militaire, face aux ambitions nucléaires nord-coréennes.

«Prête» à couler le porte-avions

Dimanche, la Corée du Nord s'est dite «prête» à couler le porte-avions américain en direction de la mer du Japon afin de démontrer sa force militaire.

«Nos forces révolutionnaires sont prêtes au combat. Nous sommes prêts à couler le porte-avions alimenté par l'énergie nucléaire avec une seule frappe», peut-on lire dans une chronique du Rodong Sinmun, le journal du Parti du travail en Corée.

L'article en page 3 qualifie le porte-avions américain d'«animal grossier» et parle d'une potentielle frappe coréenne sur celui-ci comme «d'un exemple pour montrer notre vraie puissance militaire», rapporte Reuters.

Le président américain Donald Trump a ordonné à l'USS Carl Vinson de se déplacer dans la mer du Japon principalement en réponse aux tensions grandissantes en lien avec le programme nucléaire de la Corée du Nord, mais aussi pour ses menaces envers les États-Unis et ses alliés asiatiques.

Selon les propos du vice-président américain Mike Pence tenus samedi, le navire américain arrivera à destination «dans les prochains jours».

«Là où le régime nord-coréen ne doit pas se tromper, c’est que les Etats-Unis ont les ressources, le personnel et la présence dans cette région du monde pour préserver nos intérêts et la sécurité de ces intérêts ainsi que ceux de nos alliés», a souligné Mike Pence, de passage à Syndey en Australie, tel que rapporté par Le Monde.

Vendredi, deux navires japonais ont rejoint les États-Unis en direction de la péninsule afin de réaliser des exercices conjoints en mer.

Le ministre chinois rassurant

De passage en Grèce, le ministre chinois des Affaires étrangères a appelé au calme.

«Il faut s'exprimer de façon rationnelle et pacifique», a-t-il mentionné par le biais d'un communiqué émis par son ministère.

Pour ajouter aux tensions actuelles, la Corée du Nord a capturé un citoyen américain originaire de la Corée qui tentait de quitter le pays. Trois Américains sont actuellement détenus par Pyongyang.

Une menace grandissante

Malgré les sanctions des Nations Unies, l'armée du régime de Kim Jong-un a mené cinq tests nucléaires, dont deux dans la dernière année. La République travaillerait sur la mise au point de missiles balistiques capables d'atteindre les États-Unis.

Trump doit faire face à ce danger, et il n'écarte aucune option. Une frappe militaire américaine est envisagée afin d'empêcher la Corée du Nord d'attaquer, à l'aide d'une arme nucléaire, les États-Unis et ses alliés.

En réponse à ces propos, Pyongyang a déclaré que son programme nucléaire n'était en place que pour se protéger et que toute agression mènera à une frappe de sa part. Le régime a aussi menacé de viser la Corée du Sud et le Japon.