/news/politics
Navigation

Présidentielle française: des Français du Québec rassurés, en attente du deuxième tour

Emmanuel Macron.
Photo AFP Emmanuel Macron.

Coup d'oeil sur cet article

Les Français qui résident au Québec ont suivi avec attention le dévoilement des résultats du premier tour de la présidentielle française, dimanche après-midi. Certains y ont vu un message contre les partis traditionalistes et tous ont maintenant les yeux rivés sur le second tour.

À Montréal, des centaines de personnes ont pris part à un rassemblement à l’Usine C dans le quartier Centre-Sud.

«Ce que je trouve intéressant, c’est que ce sont deux candidats anti-système qui ont gagné, a dit un électeur à TVA Nouvelles. Je suis content d’un côté pour le renouveau de la France, même si Marine Le Pen n’était pas ce qu’on espérait. La France a besoin de se remettre en question et d’aller en avant.»

«Je pense que ce n’est pas gagné pour Macron. Rien n’est fait, mais il y a du positif pour l’avenir», a ajouté un autre électeur français.

«Je ne voudrais pas qu’on s’étonne de la victoire de Mme Le Pen, a exprimé une autre personne présente au rassemblement. On se concentre beaucoup sur la victoire d’Emmanuel Macron, mais il ne faudrait pas banaliser la présence de Marine Le Pen au second tour avec une différence qui n’est pas extrême.»

Dans un rassemblement à Québec, la majorité des électeurs d’origine française ont estimé qu’Emmanuel Macron sera élu président de la République.

«Je suis un peu plus rassurée, car je ne vous cache pas que j’ai eu beaucoup d’émotion quand j’ai vu que Marine Le Pen était au second tour, parce que j’ai plutôt fait un vote stratégique anti-Le Pen, a dit une électrice interrogée par TVA Nouvelles. Je ne pensais pas qu’elle irait au second tour. Maintenant, Fillon appelle à voter contre le Front national, alors je suis rassurée.»

«Le gros problème en France est identitaire, a affirmé un homme présent à ce rassemblement. On essaie de comprendre pourquoi l’électeur a voté pour ce parti. Au sein de notre groupe, nous avons toutes les opinions politiques et on se respecte entre tous, mais en France ce n’est pas le cas. On vit dans des cases.»

Un autre électeur interrogé a jugé que le deuxième tour pourrait plutôt se décider sur un enjeu à plus grande échelle.

«Je crois que ça va se passer comme la dernière fois lorsque (Jean-Marie) Le Pen était passé au second tour, a-t-il dit. Personnellement, je ne suis pas trop craintif. Je crois que l’enjeu actuel est l’Europe. Veut-on en sortir ou non? Je crois que ce sera le point déterminant du second tour.»

Les Français vivant au Québec avaient fait valoir leur voix samedi.