/finance/business
Navigation

À vendre, la marque CCM pourrait redevenir québécoise

Coup d'oeil sur cet article

Mise en vente par Adidas, la marque CCM pourrait redevenir québécoise. La Caisse de dépôt et placement du Québec se montre intéressée à racheter l’entreprise d’équipements de sport basée à Montréal.

Un autre acquéreur québécois potentiel, Performance Sports Group (PSG), propriété d’un fonds appartenant à la famille Desmarais, est pratiquement exclue du processus, de l’aveu même du président-directeur général de CCM, Philippe Dubé.

«Il y a peu de chances puisque Bauer (qui appartient à PSG) et CCM auraient près de 90 % des parts de marché, ça ferait un peu monopole. Les autorités interviendraient», a dit Philippe Dubé au Journal, ajoutant que, selon plusieurs, Power a «payé trop cher pour Bauer».

«Clairement, ils ne sont pas dans la course» pour CCM, insiste-t-il.

La Caisse de dépôt intéressée

M. Dubé n’a pas voulu se prononcer sur les rumeurs voulant que la Caisse ait montré un vif intérêt pour CCM.

Des rencontres ont eu lieu la semaine dernière avec plusieurs investisseurs potentiels et d’autres doivent avoir lieu cette semaine et la suivante, a-t-il ajouté.

«On ne commente jamais les rumeurs», a pour sa part indiqué Maxime Chagnon, porte-parole de la Caisse.

Près de 585 personnes travaillent pour CCM, dont environ 500 au Québec, selon l’entreprise. La marque spécialisée en équi­pement de hockey compte parmi ses clients célèbres les gardiens de but du Canadien Carey Price et Al Montoya, et Sidney Crosby, notamment.

« Le vent en poupe »

Adidas est devenue propriétaire de CCM en rachetant Reebok et elle a décidé le mois dernier de se départir de la marque de hockey. La vente survient alors que CCM a «le vent en poupe», dit M. Dubé.

«On est une marque qui était quasiment morte il y a cinq ans! Depuis 2012 on a redéveloppé la marque, délaissé [le nom] CCM-Reebok pour seulement CCM, et on est passé de 9 % à 32 % des parts de marché en quatre ans. Alors, en ce moment, on suscite beaucoup d’intérêt», dit-il.

M. Dubé croit qu’une vente pourrait être conclue d’ici la fin de l’été si tout se déroule bien.