/news/currentevents
Navigation

Meurtre à Côte-des-Neiges: il se défend d’avoir voulu le tuer

L’accusé l’aurait menacé de mort avant le drame

FD-DECES-HOMME-POIGNARDE
Photo d'archives, Agence QMI Amalan Thandapanithesigar, sur la photo au moment de son arrestation en 2014, s’est défendu d’avoir voulu tuer son voisin, mais il avoue l’avoir menacé.

Coup d'oeil sur cet article

Un Montréalais accusé du meurtre de son voisin qu’il croyait voir tourner autour de sa femme jure n’avoir jamais voulu le tuer, malgré des menaces de mort lancées peu avant.

«C’est de la malchance, je ne sais pas comment expliquer ça», a témoigné­­ lundi Amalan Thandapanithesigar­­.

L’accusé de 38 ans subit son procès pour le meurtre au premier degré de Jeyrasan Manikarajah, un père­­ de famille­­ originaire du Sri Lanka, tout comme l’accusé. Les deux se connaissaient sans toutefois être proches, selon l’accusé.

<b>Jeyrasan Manikarajah</b><br /><i>Victime</i>
Photo d'archives
Jeyrasan Manikarajah
Victime

Comportement

Mais en 2014, un conflit a éclaté entre eux, car Thandapanithesigar croyait que la victime avait un comportement inapproprié avec sa femme.

«Ma femme m’avait dit que deux semaines­­ plus tôt, il a mis un bicycle entre ses jambes, a témoigné l’accusé au palais de justice de Montréal. Il la sifflait et la suivait.»

Exaspéré par ce comportement allégué, Thandapanithesigar aurait alors dit deux fois: «Je suis humain, ne me fais pas devenir un animal». L’accusé a expliqué au jury que cela équivalait à dire «je vais te tuer».

«C’était à cause de la colère que j’ai dit ça, mais je ne le pensais pas», dit-il.

Le jour du drame, l’accusé a expliqué qu’il était saoul quand la victime l’aurait traité de «vagin». Mécontent, Thandapanithesigar aurait saisi un couteau, avant d’aller affronter la victime dans une ruelle du quartier Côte-des-Neiges, à côté de chez eux.

Une altercation aurait ensuite éclaté et quand Thandapanithesigar a sorti son arme, la victime lui aurait sauté dessus­­.

«C’était un combat pour le couteau, j’avais peur pour ma vie», a assuré l’accusé en réponse­­ à une question de son avocate Me Elise Pinsonnault.

« Blackout »

Thandapanithesigar jure qu’il a ensuite fait un «blackout», et qu’il ne se souvient pas d’avoir poignardé six fois M. Manikarajah, notamment dans le dos.

Il a aussi juré qu’il ne se souvenait pas s’être acharné sur l’homme au sol. Et c’est la confusion qui l’a empêché d’appeler­­ le 911, a-t-il dit.

L’accusé serait ensuite allé boire des bières dans un bar, avant de se faire arrêter­­. Questionné par Me Dennis Galiatsatos­­ de la Couronne, Thandapanithesigar a dit que ce verre ne visait pas à «célébrer» la mort de sa victime.

«À ce moment-là, je ne savais même pas qu’il était mort», a affirmé l’accusé.

Son procès devant jury se poursuit mardi, au palais de justice de Montréal.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.