/news/currentevents
Navigation

Une toile de Mickey Mouse volée de façon inusitée

Ses tableaux sont travaillés de manière numérique, rehaussés à l’époxy, une pâte claire qui imite l’apparence de 55 couches successives de vernis, donnant une impression de trois dimensions. M. Boutet a créé une centaine de tableaux et en a vendu environ 60.
Photo courtoisie Ses tableaux sont travaillés de manière numérique, rehaussés à l’époxy, une pâte claire qui imite l’apparence de 55 couches successives de vernis, donnant une impression de trois dimensions. M. Boutet a créé une centaine de tableaux et en a vendu environ 60.

Coup d'oeil sur cet article

Un tableau de Mickey Mouse en vente à 4000 $ s’est fait voler à Montréal quelques mois après qu’une autre œuvre du même artiste québécois a été dérobée à Toronto.

François Boutet, originaire de Québec, est un artiste d’art numérique 3D qui a créé des tableaux de mascottes comme Snoopy, Tintin, Daffy Duck et Le Petit Prince.

«Le plus drôle, c’est que c’est la deuxième fois», dit l’artiste, concernant le vol vendredi passé à la Galerie Beauchamp, dans le Vieux-Montréal.

Le tableau du Rubik’s Cube à 4000 $ a été volé en novembre à Toronto dans une autre Galerie Beauchamp.

Le tableau de François Boutet qui a été volé à Montréal.
Photo courtoisie
Le tableau de François Boutet qui a été volé à Montréal.

Trois cartes de crédit

Le vol à Montréal est survenu lorsqu’un client a appelé afin d’acheter le tableau de 5 pieds sur 5 pieds, Mickey Vintage – My Cutie Love.

L’acheteur a envoyé des photos de trois cartes de crédit avec son nom. L’une des trois a fonctionné pour le paiement de 4000 $. Il a informé la conseillère que quelqu’un allait venir récupérer Mickey parce que lui se trouvait à Gatineau.

«Il nous a raconté être tombé en amour avec l’œuvre Mickey Mouse, qu’il voulait offrir à sa petite fille, après l’avoir vue dans la vitrine, rapporte Caroline Chamberland, conseillère en art de la galerie. Tout semblait normal jusqu’à ce qu’on voie un taxi arriver à la place du client pour récupérer­­ l’œuvre.»

Comme la transaction bancaire avait été acceptée, elle a remis le tableau au chauffeur.

Le client a rappelé quelques minutes plus tard pour acheter deux autres œuvres du même artiste,­­ à récupérer dans la demi-heure. Une nouvelle commande de 12 000 $.

Son œuvre dérobée à Toronto en novembre.
Photo courtoisie
Son œuvre dérobée à Toronto en novembre.

Photos truquées

À ce moment-là, la conseillère en art a appelé les compagnies de cartes de crédit et a appris que les numéros étaient valides, mais qu’ils ne correspondaient ni avec le nom ni avec l’adresse donnés. Le fin finaud a probablement truqué des photos de fausses cartes de crédit avec Photoshop.

Pendant que le fraudeur attendait sa seconde­­ livraison, la police a été contactée, mais n’a pas voulu se déplacer faute de mandat. Les policiers disaient avoir autre chose à faire un vendredi soir, rapporte Caroline Chamberland.

Une supercherie semblable a été dénoncée à Toronto. Dans tous les cas, l’artiste a reçu ses cachets, bien que les œuvres aient disparu.

«C’est une insulte à son art, mais nous ne souhaitons en aucun cas qu’il soit pénalisé pour cette fraude», conclut la conseillère.

 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.