/news/politics
Navigation

Conflit du bois d’œuvre: Québec s’engage à soutenir son industrie forestière

Periode des questions
Photo Simon Clark Dominique Anglade

Coup d'oeil sur cet article

QUÉBEC |  Le gouvernement du Québec a annoncé mardi une aide d’urgence aux entreprises québécoises touchées par l’imposition de tarifs douaniers sur le bois d’œuvre exporté aux États-Unis.

Cette aide, qui pourrait atteindre 300 millions $, sera accordée par le biais de prêts et de garanties de prêt aux quelque 200 entreprises touchées par la crise.

«Nous avions dit que nous serions prêts pour appuyer nos entreprises dès le jour un, et c'est ce que nous faisons aujourd'hui» a indiqué la ministre de l’Économie, Dominique Anglade, mardi.

«Je peux vous confirmer que le gouvernement du Québec continuera de défendre l'industrie forestière devant les instances américaines et internationales, et fera pression pour que le gouvernement fédéral participe également au soutien du secteur forestier québécois», a-t-elle ajouté, lors d’une conférence de presse.

Le gouvernement américain a annoncé, mardi, que la grande majorité des entreprises québécoises seront touchées par une surtaxe de 20 % sur le bois d’œuvre exporté aux États-Unis dès vendredi, avec effet rétroactif à la fin du mois de janvier dernier.

Selon le gouvernement, les entreprises québécoises auront besoin de liquidité pour rembourser les tarifs des trois derniers mois et pour compenser le choc des mois à venir.

Le programme d’aide, surnommé ESSOR, sera piloté par le ministère de l’Économie et Investissement Québec.

Espoir de négociation

Malgré des relations houleuses avec les États-Unis, le négociateur du Québec dans le conflit, Raymond Chrétien, dit avoir «bon espoir» que le Canada puisse s’entendre avec son voisin du sud.

«Je pense que l'administration américaine cherche des succès ces jours-ci, et je pense que, pour elle, un succès, une bonne entente entre le Canada et les États-Unis sur le bois d'œuvre serait très, très profitable», a-t-il indiqué.

Il croit d’ailleurs que le président Donald Trump est un «"deal maker"», une attitude qui pourrait être avantageuse pour le Canada.

En plus des droits compensateurs annoncés cette semaine, le Canada pourrait également être frappé, plus tard cette année, par d’autres tarifs douaniers, tels que des droits antidumping.