/news/currentevents
Navigation

La victime lui aurait donné un coup de poêle à frire

Un homme accusé d’avoir tué la mère de ses enfants

<b>Alain Gascon</b><br /><i>Accusé</i>
Photo archives Alain Gascon
Accusé

Coup d'oeil sur cet article

GATINEAU | Un homme accusé d’avoir tué la mère de ses cinq enfants à coup de fourchette à BBQ affirme que son ex l’avait d’abord attaqué avec une poêle à frire le jour du crime.

Alain Gascon, 52 ans, ne nie pas avoir tué son ex-conjointe des 25 dernières années le 20 avril 2014, mais souhaite au terme de son procès obtenir une sentence de meurtre non prémédité plutôt que meurtre au premier degré.

Selon son récit raconté au jury vendredi, Angela Di Stasio l’aurait frappé avec une poêle, ce qui l’a amené à la poignarder avec une fourchette. Il l’a frappée à deux reprises.

Au moment des événements, la victime habitait chez son fils après avoir rompu avec Alain Gascon. C’est à cet endroit que l’accusé s’est rendu pour discuter avec son ex.

Selon M. Gascon, il était assis en train de regarder la télévision lorsqu’Angela Di Stasio lui a asséné un coup de poêle à frire à la tête.

«J’étais assis sur le divan et là j’ai vu blanc, j’ai eu un black-out», a-t-il raconté.

Selon la version de Gascon, son ex avait la poêle dans une main et une

fourchette à barbecue dans l’autre lorsqu’elle l’aurait agressé.

Lorsqu’il a repris ses esprits, l’accusé dit s’être rendu dans une autre pièce où se trouvait la victime et l’aurait poignardée avec la fourchette que tenait Angela Di Stasio.

Jalousie

Alain Gascon a raconté que c’est la jalousie qui serait à l’origine de la chicane qui a viré au drame. Selon ses dires, Mme Di Stasio le soupçonnait d’avoir une relation avec une autre femme, mais lui aurait laissé entendre qu’elle avait une nouvelle relation.

«Toi qui m’accuses d’aller voir ailleurs, c’est toi qui te fais plaisir ailleurs? Tu es une honte pour tes enfants», lui aurait-il balancé.

Peu de temps plus tard, elle lui aurait balancé un violent coup à la tête avec un poêlon.

Alain Gascon a admis qu’il était sous l’influence de médication à grande dose lors du drame.

Il a aussi admis avoir causé la mort de la victime. Ce dernier était aussi, selon la défense, en dépression et consommait du cannabis, de la cocaïne, des speeds et des antidépresseurs.