/lifestyle/health
Navigation

Tout sur les dates de péremption

Tout sur les dates de péremption
Photo Fotolia

Coup d'oeil sur cet article

Avez-vous le réflexe de vérifier les dates de péremption sur les emballages? Osez-vous consommer un produit qui a dépassé la date suggérée? Tour d’horizon des normes canadiennes et des produits que l’on peut ou non consommer au-delà d’une date de péremption suggérée.

Une date facultative

Tout sur les dates de péremption
Photo Fotolia

La date limite de conservation et la date d’emballage ne sont pas obligatoires sur ces aliments.

  • Fruits et légumes frais ­préemballés.
  • Portions individuelles ­préemballées d’aliments qui sont servies avec des repas ou des casse-croûte par un ­restaurant, une compagnie ­aérienne ou une autre ­entreprise commerciale.
  • Portions individuelles ­préemballées d’aliments qui sont vendues dans des machines distributrices ou des cantines mobiles (des sandwichs, par exemple).
  • Beignets préemballés.
  • Préparations à gâteaux, pâtes alimentaires, marinades, ­vinaigrettes et huiles.

Une date flexible

Tout sur les dates de péremption
Photo Fotolia

Ces produits sont sans danger pour le consommateur une fois la date arrivée à expiration.

  • Le lait. S’il n’a pas été ouvert, le lait peut être consommé jusqu’à deux semaines après, une fois la date ­limite dépassée.
  • Les yogourts. Si la date est dépassée, les consommateurs peuvent les consommer sans danger de 7 à 10 jours après la date d’expiration. Cependant, le produit peut être plus acidulé une fois la date dépassée.
  • Les jus pasteurisés si les contenants n’ont pas été ­ouverts et si l’emballage ne présente aucun bris. Ils doivent être réfrigérés et consommés dans les 10 jours suivants ­l’ouverture.
  • Les œufs ont une date limite de conservation «meilleur avant» d’environ 4 semaines. Vous pouvez vérifier si l’œuf est encore frais en le mettant dans un bol ou un verre d’eau. Si l’œuf flotte, il n’est plus très frais, s’il coule, il est encore frais. Cela s’explique par l’extrémité plus ronde de l’œuf où se trouve une petite chambre à air. Les œufs ont de petits pores qui permettent à l’air d’entrer. Plus l’œuf vieillit, plus la quantité d’air augmente en raison de l’humidité qui s’évapore dans l’œuf et plus il a tendance à flotter. Même lorsque l’œuf flotte, il peut être consommé. La date «Meilleur avant» indique pendant ­combien de temps les œufs conservent leurs qualités de produits de catégorie A. Un œuf consommé après est ­simplement moins frais, mais il n’a pas perdu ses qualités nutritives. Vu le manque d’humidité, le blanc pourrait être plus liquide et le jaune plus desséché.
  • Les conserves. Si la date de péremption est ­dépassée, le produit peut en général se ­consommer plusieurs mois après. La conserve doit être gardée dans un endroit sec et dans de bonnes conditions. Il est fortement déconseillé de consommer les aliments contenus dans une conserve rouillée ou bombée en raison du ­botulisme, une toxine mortelle.

À la poubelle !

Tout sur les dates de péremption
Photo Fotolia

Ces produits présentent un danger pour le consommateur, une fois la date dépassée.

  • Les charcuteries de tous types.
  • Les jus non ­pasteurisés.
  • Les viandes (réfrigérateur 2 à 4 jours et 8 à 12 mois au congélateur).
  • La viande hachée (réfrigérateur 1 à 2 jours et 2 à 3 mois au congélateur).
  • La volaille (réfrigérateur 2 à 3 jours et 1 an au congélateur).
  • Les poissons maigres ­(réfrigérateur 3 à 4 jours et 6 mois au congélateur).
  • Les poissons gras (saumon) ­(réfrigérateur 3 à 4 jours et 2 mois au congélateur).
  • Les mollusques et les crustacés (palourdes, crabe, homard) ­(réfrigérateur 12 à 24 heures et 2 à 4 mois au congélateur).
  • Les pétoncles et les crevettes (réfrigérateur 1 à 2 jours et 2 à 4 mois au congélateur).

Les normes canadiennes

  • Un produit préemballé dont la durée de conservation est de 90 jours ou moins et qui est ­emballé ailleurs que sur les lieux de vente doit avoir une date limite de conservation «Meilleur avant» et les ­conditions d’entreposage doivent être inscrites si elles sont ­différentes des conditions ­ambiantes normales (par ­exemple: ­garder réfrigéré une fois ouvert).
  • Un produit préemballé dont la durée de conservation est de 90 jours ou moins et qui est ­emballé sur les lieux de vente doit porter la date d’emballage «emballé le» et la durée de conservation sur l’étiquette.
  • Dans le cas des aliments d’une durée de conservation de plus de 90 jours, il n’est pas ­nécessaire d’indiquer une date de péremption «Meilleur avant» ou des renseignements sur la conservation. Cependant, les ­fabricants et détaillants ­peuvent choisir de fournir ces renseignements aux consommateurs. Par exemple, des préparations à gâteaux, des pâtes alimentaires, des marinades, des vinaigrettes et des huiles.

Des durées de conservation qui varient

Le lait est un produit frais dont le procédé de fabrication affectera la durée de vie. Par exemple, dans le cas du lait régulier, les dates de péremption sont de 22 jours à partir de la date de ­fabrication. Dans le cas d’un lait ultrafiltré, la durée de vie non ouvert s’allonge à 42 jours puisqu’une étape suivant la ­pasteurisation, l’ultrafiltration, réduit davantage la ­présence de micro-organismes. Une fois ouvert, il est recommandé de consommer le lait dans les 7 à 10 jours.

Pour les jus pasteurisés en ­tablettes, les dates de péremption sont de plus de 90 jours. On ­trouve souvent une mention indiquant de consommer le produit avant une date précise.