/news/currentevents
Navigation

Un avion d'Exact Air s'écrase à Schefferville, deux morts

Sûreté du Québec
Photo d'archives

Coup d'oeil sur cet article

SCHEFFERVILLE | Deux employés de la compagnie d’aviation Exact Air ont vraisemblablement perdu la vie dans l’écrasement d’un appareil survenu dimanche, à Schefferville.

Plus de 24 h après l’écrasement, encore peu d’informations étaient disponibles sur les circonstances du drame.

Des enquêteurs de la Sûreté du Québec et du Bureau de la sécurité des transports du Canada ont réussi à se rendre sur place seulement en fin de journée, lundi.

La carcasse de l’avion avait été localisée par hélicoptère, à une dizaine de kilomètres du centre-ville de Schefferville, dimanche soir. Le site est accessible uniquement par motoneige, ce qui complique la tâche des autorités.

En attente de renforts, des agents du poste local de la Sûreté du Québec et des Rangers ont réussi à atteindre le site quelques heures après les événements.

Ils n’ont toutefois retrouvé qu’un seul des deux occupants de l’appareil. Ce dernier ne présentait pas de signes vitaux apparents, mais aucun constat de décès officiel n’a été émis.

Travaux d’analyse de sol

Deux avions d’Exact Air survolaient le territoire avoisinant la rivière Caniapiscau, dans le cadre de travaux d’études géophysiques visant à trouver des métaux dans le sol. Ils étaient sur leur retour et devaient atterrir à l’aéroport de Schefferville, mais un seul d’entre eux s’y est posé.

Lundi, c’était le «bouleversement» au sein d’Exact Air, qui compte une cinquantaine d’employés, a indiqué Patrice Turcotte, le contrôleur financier de l’entreprise du Saguenay–Lac-Saint-Jean. Il n’a pas souhaité livrer davantage de commentaires, indiquant simplement que des représentants de l’entreprise avaient été envoyés sur place.

La compagnie d’aviation Exact Air avait été embauchée comme sous-traitante par la firme Géo Data Solution GDS. Cette dernière avait initialement reçu un contrat du ministère des Ressources naturelles.

«Le ministère offre ses condoléances aux familles et amis des victimes», a dit Robert Giguère, directeur général de Géologie Québec.

De l’aide psychologique sera offerte à tous les employés du ministère qui auront à se déplacer en milieu isolé au courant de l’été pour effectuer ce type de travaux, bien que dans ce cas-ci, aucun employé du gouvernement n’ait été impliqué.

Pour l’exploration

Le contrat de 421 000 $ visait à analyser les sols de plus de 9700 km2 de territoire.

Les données, qui devaient être relevées par avion, allaient ensuite être analysées par des géophysiciens du ministère, avant d’être rendues publiques. Elles peuvent notamment s’avérer intéressantes pour les compagnies souhaitant faire de la prospection minière.