/world/europe
Navigation

Entretien téléphonique Trump-Poutine aujourd'hui

FILES-US-POLITICS-TRUMP-100DAYS
Archives AFP Le président américain Donald Trump discutant avec le président russe Vladimir Poutine le 28 janvier 2017.

Coup d'oeil sur cet article

WASHINGTON - Donald Trump et Vladimir Poutine s'entretiendront par téléphone mardi lors d'une première conversation depuis le regain de tension entre Moscou et Washington après les frappes américaines en Syrie, ont annoncé la Maison Blanche et le Kremlin.

L'appel, prévu dans l'après-midi, heure de Washington, sera le troisième entre les deux chefs d'État depuis l'arrivée de M. Trump à la Maison Blanche en janvier.

Si les thèmes devant être abordés par les deux dirigeants n'ont pas été précisés, cette discussion fait suite au bombardement par Washington début avril d'une base aérienne de l'armée du régime syrien, dont Moscou est le principal allié.

MM. Poutine et Trump ne se sont pour l'heure pas rencontrés, malgré les promesses électorales du candidat républicain de normalisation des relations russo-américaines.

Pour l'heure, leur première rencontre est prévue au sommet du G20 les 7 et 8 juillet à Hambourg, en Allemagne.

«Nous confirmons» que la conversation se tiendra mardi, a déclaré à l'agence Ria Novosti le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, sans davantage de précisions.

Donald Trump a déjà conversé par téléphone avec Vladimir Poutine à deux reprises depuis son entrée en fonction.

Le 28 janvier, les deux hommes avaient discuté de la manière de vaincre le groupe jihadiste État islamique lors d'un appel du président russe.

Et lors du dernier appel, le 3 avril, M. Trump avait assuré de son soutien la Russie, endeuillée par un attentat suicide qui avait fait 15 morts dans le métro de Saint-Pétersbourg.

Donald Trump a prôné lors de sa campagne électorale et au début de sa présidence un rapprochement avec la Russie, mais cette volonté tarde à se concrétiser en gestes après plus de 100 jours au pouvoir, et les désaccords entre les deux pays se multiplient sur la Syrie, l'Ukraine, la Corée du Nord et l'Afghanistan.

Une rencontre tendue à Moscou en avril entre les chefs des diplomaties russe et américaine, Sergueï Lavrov et Rex Tillerson, n'avait guère fait que constater les divergences patentes entre les approches des deux puissances nucléaires sur les principaux dossiers.

Les deux hommes doivent se rencontrer à nouveau le 10 ou 11 mai à Fairbanks, aux États-Unis, en marge d'un sommet sur l'Arctique, selon la diplomatie russe.

Les liens entre M. Trump et la Russie sont en outre scrutés de près depuis que les services de renseignement américains ont accusé le Kremlin d'avoir piraté le réseau informatique de la direction du parti démocrate avant l'élection présidentielle ayant porté le milliardaire américain au pouvoir.

La Russie a démenti toute ingérence dans l'élection américaine.

Le FBI (police fédérale américaine) examine les liens entre des membres de l'équipe de campagne Trump et le gouvernement russe, tandis que le Pentagone enquête sur les paiements reçus d'entreprises liées au pouvoir russe par Michael Flynn, l'ancien conseiller à la sécurité nationale du président américain.