/misc
Navigation

L'attaque des Carabins prête à faire des ravages

Samuel Caron
Photo d'archives, Agence QMI Samuel Caron

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL - Le quart-arrière des Carabins de l’Université de Montréal Samuel Caron a fait écarquiller bien des yeux la saison dernière et ses performances lui ont valu une invitation au «combine» de la Ligue canadienne de football (LCF).

S’il ne trouve pas preneur lors du prochain repêchage de la LCF, dimanche, il reviendra faire la pluie et le beau temps dans le circuit universitaire québécois.

«Ç’a bien été, je trouve, je suis content de mon expérience, a-t-il révélé lors d’une entrevue téléphonique en marge du camp printanier des Carabins. Peu importe ce qui arrive, je vais être content. Il me reste une année d’admissibilité, donc si ça ne fonctionne pas dans la LCF, je serai heureux de revenir avec les Carabins.»

Caron sera d’autant plus heureux de retrouver ses trois cibles favorites en Guillaume Paquet, Régis Cibasu et Louis-Mathieu Normandin, qui font partie de l’élite de la province.

«Les trois sont vraiment à surveiller. Ils attaquent la défensive d’une manière différente et on va continuer à les utiliser au maximum», a ajouté Caron.

«Je suis très content que ces trois jeunes jouent pour nous et qu’on n’ait pas besoin de les défendre!», a pour sa part avoué l’entraîneur-chef Danny Maciocia.

Continuer sur la bonne voie

Caron est conscient qu’il a placé la barre haute avec ses performances de l’an dernier.

«Je me suis vraiment juste fixé des objectifs d’équipe. Je veux gagner tous les matchs auxquels on va participer», a-t-il expliqué.

Maciocia est convaincu que son pivot sera en mesure de livrer la marchandise. Celui-ci a aussi peaufiné certains aspects de son jeu.

«Je pense que c’est un jeune qui est capable de gérer beaucoup de choses, a-t-il dit. Il a connu la saison qu’il a eue, parce qu’il est mentalement et physiquement, prêt à compétitionner. Alors, je m’attends à la même chose.»

«Son jeu de pieds dans la pochette, c’est une chose qu’on a travaillée pendant la saison morte et on va avoir la chance de l’évaluer cette semaine.»

Plus que des coéquipiers

Paquet et Caron ont bien hâte d’entamer la saison, eux qui ont développé une belle complicité, autant sur le terrain qu’à l’extérieur.

«L’an dernier, tout l’hiver on s’entraînait ensemble et c’est un de mes bons amis dans l’équipe», a mentionné Paquet.

«Les autres équipes savent qu’il aime me lancer le ballon, mais ils ne peuvent pas se permettre de trop me couvrir, sinon L-M ou Régis vont être ouverts.»

Cibasu a abondé dans le même sens.

«On a vraiment beaucoup d’armes, l’équipe ne repose pas juste sur Samuel, a-t-il mentionné. Je sens que les gars ont vraiment faim.»

Les joueurs sont prêts à tout pour rapatrier la coupe Vanier à la maison, après avoir subi une défaite crève-cœur contre le Rouge et Or de l’Université Laval lors de la Coupe Dunsmore.

«Il n’y a rien d’accompli avant de gagner un championnat. Je pourrais être sur le banc toute l’année, mais si on gagnait le championnat, je serais satisfait», a admis Paquet.

Le coordonnateur des unités spéciales, Byron Archambault, qui supervise les séances de musculation, s’est d’ailleurs assuré que les joueurs soient gonflés à bloc.

«Ils l’ont eu dans la tête tout l’hiver, je me suis fait un devoir de leur rappeler [la défaite] assez fréquemment, a-t-il confié. J’ai fait ce que j’avais à faire et vous allez voir que les joueurs aussi feront ce qu’ils ont à faire sur le terrain.»