/entertainment/opinion/columnists
Navigation

Quand Céline en fait trop

US-"REI-KAWAKUBO/COMME-DES-GARCONS:-ART-OF-THE-IN-BETWEEN"-COSTU
Photo AFP

Coup d'oeil sur cet article

Pis, vous l'avez trouvée comment Céline Dion lors de sa première apparition au MET Gala, cette soirée de mode branchée? Selon les aficionados, Céline a volé la vedette. Selon les fashionistas, la chanteuse était audacieuse et originale.

Désolée de casser le party, mais j'ai trouvé que Céline avait l'air de s'être déguisée au lieu de s'être habillée. Céline avait l'air d'une fille qui veut tellement s'intégrer à un groupe, qui veut tellement montrer qu'elle peut faire partie de la gang, qu'elle en a fait trop. À force de vouloir être «au top», elle a fini par être over the top.

La surenchère

Ses yeux charbonneux lui donnaient l'air d'un clown triste. Ses cheveux futuristes semblaient dessinés par un savant fou. Et on a beau me dire qu'elle portait une robe haute couture signée Versace, ça ressemblait à un justaucorps à paillettes sur lequel on avait cousu des morceaux de vestes en cuir.

Céline Dion voulait tellement montrer qu'elle pouvait être aussi pointue, flyée et originale que Rihanna et Katy Perry, qu'elle s'est costumée... en chanteuse flyée. Mais elle avait juste l'air de porter les vêtements d'une autre. À force de vouloir ressembler aux autres, on finit par ne plus savoir qui on est.

Au même party, Rihanna portait un assemblage de petits ronds de tissus (ou était-ce du papier peint de matante Georgette?) qui ressemblait à un projet disjoncté d'une amatrice de scrapbooking sur l'acide.

Katy Perry est arrivée en portant une patente en dentelle rouge qui recouvrait tout son corps, à mi-chemin entre une burqa et un costume d'apiculteur.

Madonna est arrivée attriquée comme pour une mission militaire en Afghanistan, avec un treillis kaki et une gourde du surplus de l'armée.

N’importe quoi

Je comprends que cette soirée sert à honorer ce qui se fait de plus avant-gardiste, mais... a-t-on le droit de dire que la mode contemporaine, c'est parfois un gros n'importe quoi?

A-t-on le droit de dire que la moitié de ces tenues sont moches ou carrément ridicules? Comme dans la fable de notre enfance, a-t-on le droit de dire que «le roi est nu»? Ou est-ce qu'on risque de se faire couper la tête par les dictateurs de la planète Mode?

C'est quoi la prochaine étape? Se mettre des plumes dans le derrière parce que personne n'a osé le faire avant?

Ils ne savent plus quoi inventer pour se différencier, se démarquer. L'année prochaine, une vedette va se présenter avec un collier de macaronis réalisé par sa fille en garderie et les «fashionistas» vont décréter que c'est «tellement tendance».

C'est quand même fou. Au MET gala cette année, la star qui a été la plus élégante, c'est Kim Kardashian!

Il fallait y penser: pour se démarquer dans une soirée ou tout le monde cherchait à être plus original que sa voisine, Kardashian est arrivée en robe blanche, simplissime.

Madame Bling-bling, qui est habituellement la plus vulgaire, était celle qui avait le plus de classe. C'est le monde à l'envers!