/finance/pme
Navigation

Boire différemment, une goutte à la fois

Coup d'oeil sur cet article

Au Québec, on a plongé tête première dans le virage vert. Du recyclage au compost, la plupart des municipalités de la province ont profité de la vague écolo pour instaurer des services de récolte des déchets réutilisables. Sur ce point, on peut crier victoire! Nos voisins américains ont quant à eux encore de la difficulté à saisir la signification du bac bleu. Cela dit, malgré ces quelques changements à notre quotidien, nous utilisons toujours abondamment des bouteilles d’eau en plastique qui sont jetées après une seule utilisation.

Skipping Rocks Lab, une start-up de Londres, en Angleterre, a imaginé un concept pour le moins novateur. Dans l’optique de remplacer (ou du moins diminuer) l’utilisation de bouteilles de plastique, elle a créé une goutte d’eau de quatre centilitres nommée Ooho. Cette goutte se distingue, car elle est contenue dans une membrane biodégradable à base d’algues.

Cette capsule contient environ une gorgée d’eau, juste assez pour vous désaltérer durant une course ou lors d’une soirée à Osheaga. Elle peut être bue en y perçant un trou ou simplement en la croquant avec les dents.

Engouement

Il y a assurément un engouement autour de l’invention du laboratoire Skipping Rocks. Oui, mais pourquoi? Après tout, ce n’est que de l’eau. Non, ce n’est pas qu’une simple goutte. Au Québec, notre facilité à changer nos habitudes de vie pour réduire notre empreinte écologique n’est pas anodine. Les consommateurs sont conscients que leur pouvoir d’achat ne repose pas que sur leur capacité à consommer, mais aussi sur leur manière de consommer. Autrement dit, on se fout royalement de la bouteille en plastique. Tout ce qu’on veut, c’est boire et ne pas avoir à traîner sa bouteille. En regardant ce nouveau produit, je ne peux m’empêcher d’être inspiré par cette idée.