/news/green
Navigation

Les sinistrés vont constater l'ampleur des dégâts

Jean-guy Momy et sa femme et Nicole Châtelain sont venus chercher des effets personnels et du même coup constater les dégâts dans sa résidence suite aux inondations.
Photo Samuel Blais-Gauthier Jean-guy Momy et sa femme et Nicole Châtelain sont venus chercher des effets personnels et du même coup constater les dégâts dans sa résidence suite aux inondations.

Coup d'oeil sur cet article

GATINEAU | Avec le niveau de l'eau qui a considérablement baissé dans les secteurs inondés de Gatineau, certains sinistrés téméraires se sont aventurés mercredi dans les rues afin de constater les dégâts dans leur maison.

Même si la situation s'annonce encourageante, les maisons touchées par les inondations, dans le secteur de la rue St-Louis étaient pratiquement désertes le calme plat dans les rues.

Les sous-sol sont toujours inondés, et l'électricité ainsi que le gaz demeurent coupés pour la majorité des résidences.

Mais l'heure était au constat des dégâts pour quelques sinistrés qui ont tenu à visiter avec désolation leur demeure.

C'est le cas de Jean-Pierre Richard qui s'est rendu en canot visiter la résidence familiale. Le sexagénaire regardait avec désolation l'état de la maison où il a grandi et qui appartient toujours à sa mère qui approche les 94 ans.

«Rendu à 69 ans je suis capable un petit-peu encore, mais faire des gros travaux comme ça», soupir-t-il sans finir sa phrase devant les marches d'escalier qui mènent au sous-sol inondé jusqu'au plafond.

Il estime les travaux à au moins 20 000 $.

«J'ai grandi ici. C'est triste. Nous avons seulement dit à ma mère qu'il y avait un peu d'eau. Nous ne voulions pas l'énerver pour rien», lance l'homme.

À quelques coins de rue de là, un couple marchait au centre de la rue avec un sac poubelle à l'épaule. Ils étaient venus récupérer des effets personnels et eux aussi constater l'état des lieux.

«Pour la cave, il n'y a pas rien à faire. Il y a six pieds d'eau. Ça ne donne rien de rester, avec l'eau dans le sous-sol, la senteur et tout ce qu'il y a à nettoyer. Nous avons perdu beaucoup d'effets précieux, comme des albums de photos qui ne se remplacent pas. La cave était bondée», relate Jean-Guy Momy.

Par ailleurs, le maire de Gatineau a demandé aux résidents sinistrés d'attendre avant de retourner à la maison.

«Le message qu'on envoie, c'est de ne pas commencer trop vite, c'est très important. Il faut qu'on fasse l'inspection des lieux. Il faut rester prudent», a déclaré Maxime Pedneaud-Jobin.