/sports/others
Navigation

Athlète après une double amputation

Onze ans après la perte de ses jambes dans un parc aquatique, il vise maintenant les Jeux paralympiques

Alexis Auclair
Photo Chantal Poirier

Coup d'oeil sur cet article

Un jeune qui s’est fait sectionner les jambes dans un parc aquatique il y a 11 ans s’est converti au hockey et ne vise rien de moins que les Jeux paralympiques de 2022.

L’histoire d’Alexis Auclair a ému tout le Québec, en 2006, quand ses pieds ont été broyés au parc aquatique de Saint-Pie, en Montérégie. Aujourd’hui, l’athlète d’élite de 18 ans a laissé l’évènement tragique derrière lui et vise les Jeux paralympiques de 2022 en hockey.

«Je vois que les gens se demandent ce que je suis devenu quand j’entends dire “oh oui, c’est toi” par les nouvelles personnes que je rencontre», remarque-t-il.

Une photo d’Alexis Auclair un peu avant le drame.
Photo courtoisie
Une photo d’Alexis Auclair un peu avant le drame.

Depuis son accident, à l’âge de 7 ans, l’adolescent de Saint-Hyacinthe a réappris à vivre avec des prothèses. Il va à l’école secondaire, s’entraîne beaucoup et planifie de travailler comme conducteur de machinerie lourde.

«Il est le seul à marcher croche à l’école, mais quand il arrive ici, c’est l’un des meilleurs», dit Maxime Gagnon, l’entraîneur-chef de l’équipe provinciale de parahockey.

La vie de M. Auclair a basculé au camping de Saint-Pie. Avec son grand frère, ils avaient demandé à jouer dans le bassin d’eau des glissades, mais il s’est fait aspirer par le tuyau d’évacuation de l’eau et ses pieds ont été broyés par le moteur de la turbine.

Longue réadaptation

L’enfant est resté trois semaines à l’hôpital et a suivi plus de trois ans de rééducation. Sa famille et ses amis l’ont soutenu pendant qu’il réapprenait à marcher, d’abord sur ses genoux puis avec des prothèses. Dans les moments les plus difficiles, Alexis Auclair a plusieurs fois pensé à abandonner et à se résigner à passer le reste de sa vie en fauteuil roulant.

Un élan d’espoir est cependant survenu lorsqu’il a rencontré un amputé qui pouvait même courir.

Le parc aquatique du camping de Saint-Pie, en Montérégie, où a eu lieu l'accident.
Photo d'archives
Le parc aquatique du camping de Saint-Pie, en Montérégie, où a eu lieu l'accident.

L’ex-propriétaire du camping et le responsable du bassin aquatique, qui ont été accusés de négligence criminelle, ont finalement plaidé coupables et écopé d’une peine de deux ans moins un jour. Alexis Auclair a reçu une indemnisation qu’il n’a pas voulu divulguer.

Ce qui lui manque de sa vie d’avant se résume à la sensation de bouger ses orteils et de sentir la terre froide du jardin sur ses pieds nus.

Sa carrière en parahockey a débuté il y a juste deux ans alors qu’il n’avait jamais joué au hockey auparavant, même avant l’accident.

«Le premier jour était horrible, mais si j’avais commencé le hockey plus tôt, j’aurais eu moins de mal à surmonter les autres difficultés», dit-il.

D’après son entraîneur, l’athlète se distingue des autres par sa volonté d’apprentissage.

«Le colosse est toujours prêt à aller dans les coins de patinoire pour faire des contacts et ses lancers frappés sont bons», dit Maxime Gagnon.

Alexis est tout près de vivre son rêve

Alexis Auclair
Photo Chantal Poirier

Une seule étape reste à Alexis Auclair avant d’être selectionné dans l’équipe nationale canadienne qui ira aux Jeux paralympiques d’hiver 2022.

«Alexis vient de commencer et il est déjà très prometteur», dit fièrement Maxime Gagnon, entraîneur-chef de l’équipe provinciale du Québec.

«Avant, il était moins en forme physiquement. Maintenant, il prend soin de son alimentation et de sa condition physique».

Son jeu est intéressant parce que «sa double amputation rend ses manœuvres plus faciles pour aller dans une mêlée où il y a plusieurs joueurs»

Sur une luge

Au lieu de jouer sur des patins classiques, les athlètes de parahockey sont assis sur une luge posée sur deux lames.

L’entraîneur prévoit que le jeune homme soit pile dans la fleur de l’âge lorsque les athlètes des Jeux 2018 partiront à la retraite et que les portes s’ouvriront pour lui aux Jeux de 2022 à Pékin, en Chine.

Maxime Gagnon a lancé le programme de parahockey au Québec il y a quelques années pour le plaisir après avoir remarqué que les équipes nationales de haut niveau étaient composées à 90 % de joueurs de l’Ontario et qu’il n’y avait pas d’équipe régionale.

Maintenant, le programme, qui comprend 150 joueurs au Québec, est reconnu par la Fédération québécoise de hockey sur glace.