/world/opinion/columnists
Navigation

Le sourire de Vladimir Poutine, en 5 questions

Coup d'oeil sur cet article

Questionné par une journaliste américaine sur les effets du renvoi du directeur du FBI, James Comey, Vladimir Poutine a répondu que ce limogeage ne changera rien aux relations entre les deux pays. Moqueur, il ajoute «nous n’y sommes pour rien». Le sourire de Poutine en dit long sur la délectation dans laquelle le plonge le chaos qui règne à la Maison-Blanche. Lui et tous les autres rivaux internationaux des États-Unis doivent être en train de se pincer pour s’assurer qu’ils ne sont pas en train de rêver.

Certains diront que l’administration Trump gouverne très bien et que les médias montent les problèmes en épingle. Mais deux autres explications émergent de plus en plus vigoureusement. Ou bien des forces complotent pour renverser les institutions américaines, ou bien Trump est un parfait incompétent.

1• Faut-il croire au complot?

Ceux qui aiment les théories du complot voient dans Stephen Bannon, le conseiller spécial du président, et dans le Tea Party de sombres comploteurs. Parmi ces théoriciens du complot se trouve Noam Chomsky, qui n’a pas hésité, dans une entrevue à la BBC, à décrire le Parti républicain comme «l’organisation la plus dangereuse de toute l’histoire de l’humanité» (sic). Chomsky faisait beaucoup référence aux positions anti-environnementales des républicains. Il liait ces positions à la croyance partagée par 40 % des Américains que Jésus allait bientôt revenir sur Terre, ce qui, pour eux, rend donc inutile toute politique de préservation de l’environnement.

2• Faut-il blâmer l’incompétence?

Ceux qui doutent des compétences de Trump remarquent l’inexpérience politique de la plupart des gens qui composent son équipe. Dans les cas les plus extrêmes, ils mettent en doute la santé mentale de Trump. C’est ce que fait le docteur John Gartner, qui a lancé une pétition pour dénoncer la santé mentale du président. Jusqu’à présent, 55 000 personnes ont signé cette pétition. Ce sont tous des médecins et des spécialistes en santé mentale. Selon eux, Trump manifeste les signes d’une maladie mentale grave.

3• Quel est le résultat?

Peu importe qu’il s’agisse d’incompétence, d’inexpérience, de complot ou de folie, le résultat est le même: Washington nage en plein chaos depuis que Trump a pris le pouvoir. Ce chaos empêche le gouvernement américain de bien fonctionner. Surtout, il discrédite le gouvernement américain aux yeux de sa propre population et devant le monde entier. Qui, aujourd’hui, prend au sérieux les déclarations du président des États-Unis? Il peut déclarer quelque chose une journée et le contraire le lendemain, quand ce n’est pas dans la même phrase.

4• Quel message est envoyé dans le monde?

L’inquiétude est palpable partout. Comment les alliés doivent-ils réagir quand Trump les menace s’ils ne contribuent pas assez à l’OTAN ou quand dans les échanges internationaux il exige le beurre et l’argent du beurre? Quand, du jour au lendemain, il traite la Chine d’ennemie, puis d’amie?

5• Le monde peut-il s’arranger sans les États-Unis?

Le résultat est que les alliés comptent de moins en moins sur les États-Unis.

En fait, le monde commence déjà à s’arranger sans les Américains. Les récents accords sur la Syrie entre la Russie, l’Iran et la Turquie en sont un exemple.

Plus grave pour les Américains, les Sud-Coréens ont élu un nouveau président qui veut que Séoul puisse dire non à Washington. Le président des Philippines, Rodrigo Duterte, continue à s’éloigner des États-Unis. L’Europe se rapproche de la Russie. Poutine peut bien sourire.