/news/currentevents
Navigation

Un troisième meurtre au bar Moomba en 12 ans

Un homme de 33 ans a été tué dans une bataille jeudi

Toutes les personnes qui se trouvaient encore au bar à l’arrivée des policiers seront interrogées par les enquêteurs.
Photo AGENCE QMI, Erik Peters Toutes les personnes qui se trouvaient encore au bar à l’arrivée des policiers seront interrogées par les enquêteurs.

Coup d'oeil sur cet article

L’homme qui a été tué jeudi dans une bagarre survenue au bar Moomba est devenu la troisième victime d’homicide lié à l’établissement de Laval.

Meurtres, tentatives de meurtre, nombreuses bagarres, bombe artisanale, clients fortement intoxiqués: le Moomba n’est pas célèbre seulement pour les personnalités qui sont allées y faire la fête.

S’il est vrai que le bar défrayait moins la chronique depuis quelques années, l’homicide qui y est survenu dans la nuit de mercredi à jeudi n’a rien pour redorer son blason.

Une bagarre entre deux groupes d’hommes aurait éclaté à l’intérieur de la boîte de nuit, au petit matin. Lorsque les policiers sont arrivés sur les lieux, ils ont découvert un individu gravement blessé dans le stationnement du bar. Le décès de l’homme de 33 ans a été constaté à l’hôpital.

Antécédents

Le trentenaire serait connu des autorités, notamment pour avoir été lui-même impliqué dans une tentative de meurtre il y a plusieurs années, a indiqué la police de Laval, sans confirmer son identité.

Plusieurs individus ont été impliqués dans la bagarre, soit au moins quatre personnes de chaque côté de l’affrontement, selon l’agente Evelyne Boudreau, de la police de Laval.

Deux autres clients du bar ont d’ailleurs aussi dû être transportés au centre hospitalier en raison de blessures mineures.

Cet homicide ne serait pas lié au crime organisé et n’impliquerait aucune arme à feu, a confirmé l’agente Boudreau.

Les vidéos des caméras de surveillance de l’établissement seront visionnées par les enquêteurs des crimes majeurs afin de déterminer le motif de l’agression. Cela pourrait aussi permettre d’identifier un suspect potentiel. Aucune arrestation n’a été effectuée, jeudi.

Depuis son ouverture en 2002, la boîte de nuit, située dans le quartier Centropolis, a longtemps été associée au crime organisé et à beaucoup de violence.

Un membre de gang de rue et un homme lié à la mafia italienne y ont été tués par balle le même soir, en mars 2005.

Bagarres à la dizaine

Après s’y être présentée près de 400 fois de 2002 à 2009, la police de Laval a tenté de faire fermer le bar, sans succès. Les patrouilleurs s’y rendaient souvent pour des bagarres impliquant des dizaines de personnes, qui se battaient parfois à coups de ceinture, de bouteille de bière ou de bâton de baseball.

La Régie des alcools, des courses et des jeux (RACJ) a toutefois suspendu le permis d’alcool de l’établissement en février 2012, pour une période de 50 jours.

Aucun autre rapport de police n’a été envoyé à la RACJ depuis cette décision, a confirmé jeudi la porte-parole, Me Joyce Tremblay.