/entertainment/movies
Navigation

Embellie pour le cinéma français

Plusieurs films issus de l’Hexagone ont connu du succès au Québec

Coup d'oeil sur cet article

Les films français ont souvent eu du mal à trouver leur public au Québec au cours des dernières années. Mais avec les succès de films comme Dalida et Demain tout commence, le cinéma français connaît un bon début d’année dans les salles de la province.

Sortie au Québec au début avril après avoir fait un tabac en France (3,3 millions d’entrées aux guichets), la comédie dramatique Demain tout commence s’avère une des belles surprises du printemps au box-office québécois.

Le film mettant en vedette Omar Sy et Antoine Bertrand s’approche du million de dollars de recettes (943 000 $ à ce jour), un cap rarement franchi pour les productions françaises au Québec.

Pendant ce temps, le drame biographique Dalida, qui a pris l’affiche au Québec il y a quelques semaines, fonctionne bien dans les salles de la province avec une récolte de plus de 400 000 $ à ce jour. La comédie Raid Dingue, avec Dany Boon, obtient aussi sa part de succès avec un box-office de 152 000 $.

«C’est très encourageant, signale le président des Films Séville, Patrick Roy, qui distribue les deux films au Québec.

«Demain tout commence est en voie de devenir le plus gros succès du cinéma français au Québec depuis La famille Bélier [en 2015]. On est très contents parce qu’on a choisi, il y a quelques années, de se concentrer sur des films français qui ont un potentiel commercial et de s’assurer de bien les lancer. Pour Dalida, on a fait venir au Québec l’équipe du film. Et pour Demain tout commence, on a eu la chance de compter sur Antoine Bertrand pour assurer la promotion du film au Québec. Il a ajouté un élément de curiosité autour du film.»

Encourageant

Au Cinéma Beaubien, qui présente beaucoup de films français, l’année a commencé sur les chapeaux de roue grâce notamment au succès de Dalida et Demain tout commence.

«Ce sont deux films qui ont bien marché parce qu’ils ont réussi à s’installer dans le temps en restant à l’affiche pendant plusieurs semaines, souligne le président du Cinéma Beaubien, Mario Fortin. C’est le genre de succès que ça prend pour le cinéma français.»

S’ils sont encore précoces, ces premiers résultats s’avèrent encourageants pour le cinéma français au Québec en 2017. Depuis le début de l’année, les parts de marché du cinéma français au box-office québécois oscillent autour de 5,5 %. Il s’agit d’une hausse significative par rapport à l’ensemble de l’année 2016 (3,8 %) et 2015 (4 %).