/finance/news
Navigation

Fais-moi un destin

Fais-moi un destin
Illustration fotolia

Coup d'oeil sur cet article

On a beau faire de plus en plus d’efforts pour vulgariser la finance et l’économie, certains sont plus visuels que d’autres. Partant de cette prémisse, le planificateur financier de Cap-Rouge Charles Hunter-Villeneuve a eu la bonne idée de créer une bande dessinée qui rend la compréhension de la planification successorale plus accessible: «[...] je me suis dit que si on peut écrire des histoires pour endormir les enfants, on peut en écrire pour éveiller les plus grands!».

Lire et Tirelire est le nom de cette première BD de Hunter-Villeneuve. Avec humour et originalité, il met en scène des situations courantes où des familles se rendent vulnérables.

Si vous êtes de ceux qui n’ont pas de testament ou de mandat de protection et croyez que votre conjointe et vos enfants hériteront automatiquement de vos économies et de vos biens les plus précieux, cette BD vous donnera froid dans le dos.

La maison va à l’ex et l’hypothèque... aux enfants

Sans planification adéquate, une grande partie de vos REER et de vos investissements immobiliers pourrait échoir entre les mains du fisc et/ou faire le bonheur d’un ex-conjoint tout en dépouillant votre progéniture.

En effet, si dans votre testament gribouillé sur le bout de la table vous léguez votre résidence à votre partenaire de vie actuelle sans la mention «[...] à charge d’en assumer la dette hypothécaire», vos enfants ne pourraient bien hériter que de vos dettes!

Les familles recomposées

De nos jours, il n’est pas rare de voir des familles où le père en est à sa troisième union, la conjointe, à sa deuxième, etc. Lorsque la nouvelle famille achète une maison, un inventaire précis du partage des dépenses est recommandable.

Quant à la protection du patrimoine; bonne chance! Être conjoints de fait comporte son lot de pièges. Selon la loi de l’impôt, vous êtes conjoints après un an de vie commune ou moins, si vous avez un enfant. Les lois sur les fonds de pension accordent priorité au conjoint survivant, mais ce n’est pas toujours le conjoint de fait!!??? La RRQ dirigera la rente de conjoint survivant après trois ans de vie commune ou un an, s’il y a un enfant né de l’union. Et enfin, selon le Code civil du Québec... les conjoints de fait, ça n’existe pas.

Bien accueilli par la Chambre des notaires, le guide Lire et Tirelire est disponible en ligne via le site Boutique.bouquinbec.ca.

Sécuriser votre patrimoine

  • Au Québec, les conjoints de fait ont peu de protection
  • Un testament et des mandats de protection notariés sont indispensables, particulièrement pour les nouvelles familles
  • Dans certains cas, les contrats de mariage et de vie commune sont nécessaires
  • Sans mention précise, vous pourriez bien léguer votre maison à votre conjointe et la dette hypothécaire à vos enfants.