/opinion/columnists
Navigation

Capitaine Lisée, y a d’l’eau dans la cale!

Capitaine Lisée, y a d’l’eau dans la cale!
photo le JOURNAL DE QUÉBEC, SIMON CLARK

Coup d'oeil sur cet article

Québec solidaire ne s’est pas contenté de repousser poliment les avances du PQ.

Il en a profité pour l’humilier, l’insulter, le gifler et lui cracher dessus.

C’est comme la fille courtisée par un gars trop insistant et qui, en plus de lui dire non, se moque de lui devant ses copines pour les faire rire.

QS a beurré épais, traitant le PQ de «raciste» et de «toxique», faisant défiler au micro des anglophones et des femmes voilées pour s’assurer qu’on comprenne bien.

Prévisible

Si ce dénouement vous surprend, vous entretenez un étrange rapport avec le réel.

J’ai toujours eu du mal à comprendre que tant de gens intelligents et que je respecte aient sérieusement cru que ce pacte pouvait se matérialiser.

Pourquoi QS se serait allié à un parti qu’il veut détruire pour en ramasser les morceaux restants?

Pourquoi QS, qui est peut-être en train de monter, se serait allié à un parti qui semble en train de glisser?

Depuis Lénine, l’extrême gauche a toujours davantage détesté la gauche modérée que la droite, puisque c’est cette gauche modérée qui lui bloque le chemin.

Ayant compris qu’un pacte avec QS jetterait nombre de nationalistes modérés dans les bras de la CAQ, certains péquistes avaient récemment échafaudé le scénario d’un pacte temporaire à trois (PQ+QS+CAQ) uniquement autour de la réforme du mode de scrutin.

Audacieux et improbable? Certainement.

Mais il était savoureux de voir ce scénario être qualifié de chimérique par des gens qui semblaient croire qu’un pacte avec QS l’était moins.

Certains péquistes voudront maintenant se tourner vers la CAQ. Oubliez cela immédiatement.

S’il est vrai, comme le laissent entendre deux récents sondages, que la CAQ est peut-être en voie de doubler le PQ, pourquoi François Legault lui lancerait une bouée de sauvetage?

Pire encore, si la CAQ émerge comme la mieux placée pour menacer le PLQ, des tas de nationalistes modérés pourraient être tentés de voter «utile».

Le plancher pourrait alors s’ouvrir sous les pieds du PQ.

Danger mortel

Dans la mouvance souverainiste, certains quarts-arrière du lundi matin blâmeront M. Lisée d’avoir écarté le référendum.

Pendant la course à la direction du PQ, Martine Ouellet proposait de mettre plein gaz sur la tenue d’un référendum. Option nationale dit la même chose.

Leurs niveaux d’appui parlent d’eux-mêmes, sans compter que ces gens ne semblent nullement troublés par la perspective d’une 3e défaite référendaire.

Il s’en trouvera aussi au PQ pour mettre ses déboires sur le dos de la question identitaire.

Ignorants ou amnésiques, ils nous ressortiront cette fumisterie risible qu’est le «nationalisme civique», qui enlève toute raison d’être sérieuse au projet de souveraineté, et qui fut le discours qui conduisit le PQ au naufrage de 2007.

Il reste au PQ à peine quelques mois pour clarifier son offre politique.