/sports/baseball
Navigation

Louis-Philippe Pelletier veut jouer pour le plaisir

Louis-Philippe Pelletier
PHOTO COURTOISIE Louis-Philippe Pelletier

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL - La décision a été très difficile à prendre, mais le Québécois Louis-Philippe Pelletier a choisi de quitter l’organisation des Astros de Houston et de rentrer à la maison.

Sélectionné au 20e tour par les Astros au repêchage de 2016, Pelletier défend plutôt les couleurs des Orioles de Montréal, dans la Ligue de baseball junior élite.

«Mon seul objectif, c’est d’avoir du "fun"», a-t-il indiqué, lors d’une généreuse entrevue téléphonique.

Au cours des dernières années, Pelletier avait un peu perdu cet élément de plaisir qu’on doit éprouver en pratiquant un sport.

«De 16 à 20 ans, je jouais avec cet objectif de gravir les échelons jusqu’au baseball majeur, a-t-il dit. Mais ce n’était peut-être pas pour moi.»

Un choix réfléchi

Pelletier ne semble ni triste ni désillusionné. Pour lui, il était important d’oser prendre cette décision afin de s’offrir un plus bel avenir.

Évidemment, son choix allait faire jaser dans le monde du baseball au Québec, mais le jeune homme de 21 ans repousse les jugements et se montre plutôt serein.

«J’ai vu ce que c’était, la vie d’un joueur des ligues mineures, a dit celui qui a disputé 24 matchs dans la ligue des recrues, avec les Astros, l’an passé. Tu es un peu laissé à toi-même.»

Pelletier a notamment senti un certain rejet quand, à défaut de parler la langue espagnole, il n’était pas en mesure de s’intégrer avec d’autres espoirs de son club.

«J’ai d’autres objectifs, de reprendre Pelletier, à propos de son avenir. Je ne voulais pas me ramasser à 24 ou 25 ans sans rien.»

Déjà, le Québécois est inscrit à l’Université de Montréal en prévision de la session d’automne. Ultimement, il aimerait devenir physiothérapeute ou kinésiologue.

Message aux jeunes

Aux jeunes joueurs de baseball québécois qui rêvent d’une carrière dans le baseball majeur, Pelletier leur suggère toutefois de continuer d’y croire.

«Il faut qu’ils foncent!» a-t-il lancé, en mentionnant les noms de William Sierra et de Viktor Bergeron, entre autres.

Pelletier se dit évidemment prêt à partager son expérience personnelle pour aider les espoirs à connaître du succès.

Dans son cas personnel, le joueur de deuxième but a simplement réalisé qu’il n’atteindrait pas les majeures. Une moyenne au bâton de ,192 avec les recrues des Astros l’a incité à passer à autre chose. C’est maintenant l’heure de jouer pour le plaisir!

Par ailleurs, les Orioles seront notamment en action, jeudi soir, au stade Gary-Carter. Ils affronteront l’équipe des 17 ans et moins de l’Académie Baseball Canada.

Des nouvelles d’Abraham...

 

MONTRÉAL - Au moment d’être sélectionné en 20e ronde par les Astros de Houston au repêchage de 2016, Louis-Philippe Pelletier a pu partager sa joie avec son vieil ami Abraham Toro, lequel a été choisi dès le cinquième tour par cette même organisation.

S’il ne rêve plus lui-même au baseball majeur, Pelletier aimerait naturellement voir Toro faire carrière chez les professionnels.

«Je ne m’inquiète pas pour lui, a indiqué Pelletier, précisant que le jeune Toro se retrouve présentement au camp d’entraînement prolongé des Astros. Du baseball, il en mange. C’est un vrai passionné.»

Ayant fait ses classes comme joueur de troisième but, Toro apprend maintenant le métier de receveur, à la demande des Astros.

«Je crois qu’il a plus de chances de percer comme receveur qu’au troisième but», a d’ailleurs commenté Pelletier.

À moins d’un revirement, Toro devrait logiquement rejoindre les ValleyCats de Tri-City, au niveau A, pour la courte saison s’amorçant à la mi-juin.

L'an dernier, Toro avait maintenu une moyenne au bâton de ,254, avec les Astros de Greeneville, dans la Ligue des Appalaches, qui est destinée aux recrues.