/opinion/columnists
Navigation

Couillard manque d’imagination

Coup d'oeil sur cet article

Encore une fois, en vue de la légalisation de la marijuana, on a droit au service minimum de la part de notre gouvernement.

On savait déjà que les ministres libéraux, pour qui exercer les compétences du Québec est une corvée, boudaient devant la nécessité d’encadrer la pratique. Jeudi, on apprenait que le gouvernement comptait laisser au privé la production et la distribution du cannabis récréatif.

D’abord parce qu’on craint qu’en confiant la gestion à la SAQ, certains puissent mélanger avec l’alcool, comme si ça n’allait pas arriver de toute façon. Ensuite parce que Martin Coiteux s’oppose à un monopole d’État pour des raisons idéologiques.

Faire de l’argent

Conséquemment, Philippe Couillard confirmait que le gouvernement ne s’attendait pas à faire beaucoup d’argent avec ça.

Faut croire qu’au Colorado, précurseur en la matière, on a compris quelque chose qui échappe aux libéraux. Dans cet État de 5,5 millions d’habitants, les taxes sur la vente ont permis dès la première année de dépenser 99 millions de dollars dans la prévention et la réduction des méfaits liés à la consommation.

On a même pu investir 40 millions de dollars dans les écoles publiques. Mais ça, ça n’intéresse pas Philippe Couillard et ses ministres. Trop d’ouvrage.

Occasion ratée

Le gouvernement est en train de faire rater une occasion au Québec. Jean-François Lisée lui avait pourtant rendu service en proposant une réflexion plus vaste sur la question, inspirée de la commission mourir dans la dignité.

Cela aurait été utile à plusieurs égards. Il suffit d’avoir écrit quelques chroniques sur ce sujet pour constater que la légalisation fait peur à plusieurs personnes, alors que la marijuana circule de facto dans nos rues depuis longtemps.

Une discussion collective pour se mettre sur la même page, ça aurait été politiquement bon pour le gouvernement. Le problème, c’est que celui-ci n’aime pas se poser des questions trop compliquées.