/lifestyle/family
Navigation

Les 5 maladies orthopédiques les plus fréquentes chez le chien

Female Veterinary Surgeon Treating Dog In Surgery
Photo Fotolia

Coup d'oeil sur cet article

Boiterie, raideur, douleur articulaire, inconfort, etc. Les animaux peuvent aussi être aux prises avec des problèmes orthopédiques au cours de leur vie, c’est-à-dire, qu’ils peuvent avoir des déformations ou encore des troubles fonctionnels au niveau des muscles, des articulations et des os.

Une vaste étude portant sur la prévalence des maladies héréditaires des chiens de pure race et des chiens croisés a permis, entre autres­­, d’identifier les 5 maladies orthopédiques les plus fréquentes chez le chien. Les voici donc.

1. Dysplasie du coude

La dysplasie du coude est une maladie qui se développe chez le jeune chien en croissance, l’articulation de son coude n’ayant pas une conformation normale au départ, et qui progresse toute sa vie puisque cette mauvaise conformation entraîne de l’inflammation et la dégénérescence des structures du coude. Le symptôme classique est une boiterie de la patte avant, qui sera plus marquée après l’exercice ou au réveil. La cause est multifac­torielle, mais le principal facteur est génétique. La dysplasie du coude est donc une maladie ­héréditaire. Les grandes et moyennes races de chiens sont les plus affectées.

2. Dysplasie de la hanche

Ici aussi, la maladie est héréditaire et se développe­­ chez le jeune chien, puis elle progresse toute sa vie. Elle affecte les chiens de grandes races et de races moyennes. La maladie est causée par la mauvaise conformation et une plus grande laxité de l’articulation de la hanche, qui entraîne avec le temps des changements dégénératifs dans l’articulation. Le symptôme classique est une boiterie de la patte arrière, plus marquée après l’exercice. Le chien affecté pourra aussi avoir de la difficulté à se lever­­, à monter dans la voiture ou à sauter, ainsi qu’une diminution de la masse musculaire de la cuisse.

3. Hernie discale

Dans ce cas-ci, le problème se rencontre plus souvent chez les chiens de petites races comme le teckel, le caniche, le shih tzu, le lhasa apso, etc. La cause du ­problème est la dégénérescence des disques intervertébraux qui sont présents entre chaque vertèbre­­ de la colonne vertébrale. Lorsqu’un disque est suffisamment «désagrégé», il peut sortir de son lit et faire pression sur la moelle épinière. Cela crée de la douleur au dos. Le chien sera alors réticent à monter ou descendre les escaliers ou sauter. Il peut aussi crier lorsqu’on le prend dans ses bras. La maladie peut aussi entraîner une ­paralysie ou une grande faiblesse des pattes ­arrière.

4. Luxation de la rotule

Cette maladie est très fréquente chez les chiens de petites races. Pour diverses raisons de conformation, un mauvais alignement des structures du genou fera en sorte que la rotule luxe et sort du sillon naturel, dans lequel elle glisse normalement lorsque le genou se plie. Les symptômes varient énormément (aucun symptôme de boiterie grave de la patte arrière), selon la sévérité du problème. Souvent, le chien boite soudainement de manière intermittente, en levant une patte arrière­­ et en sautant quelques pas, puis redevient normal par la suite. Avec le temps, l’arthrose­­ se développe­­ dans le genou et causera­­ de la douleur plus chronique.

5. Rupture du ligament croisé crânial (genou)

La rupture de ce ligament stabilisateur de l’articulation du genou est fréquente chez les humains et est d’origine traumatique. Toutefois, chez le chien, il s’agit plutôt d’un problème chronique et multifactoriel, avec une prédisposition génétique fortement suspectée. Il semble aussi que ce soit plus fréquent chez les grands chiens de race croisée. L’hyperactivité ou une mauvaise condition physique, un surplus de poids et des conformations osseuses particulières, semblent influencer l’apparition de ce problème qui a, malheureusement, tendance à se produire dans les deux genoux, au fil du temps. Le symptôme principal est une boiterie de la patte arrière. Souvent, le chien atteint ne dépose pas la patte au sol et la tient dans les airs.

Le médecin vétérinaire spécialiste en chirurgie

Quel sera le traitement possible? Une chirurgie? Un traitement médical? Votre médecin vétérinaire connaît très bien toutes ces maladies et pourra vous aider à faire des choix éclairés, une fois le problème diagnostiqué. Toutefois, au Québec, nous avons la chance d’avoir plusieurs médecins vétérinaires spécialistes en chirurgie. En réalité, on peut dire qu’ils sont des orthopédistes vétérinaires! Ce sont souvent vers eux que votre médecin vétérinaire de famille vous orientera pour des problèmes orthopédiques de ce type. Où les trouver? Ils sont généralement associés aux grands centres vétérinaires d’urgence­­ 24 h, dans la grande région de Montréal et à Québec. Pour les retrouver, faites une ­recherche par spécialité sur le site internet de l’Ordre des médecins vétérinaires du Québec (www.omvq.qc.ca).