/lifestyle/books
Navigation

À vos plumes!

L’atelier d’écriture
de Gabriel Garcia 
Marquez –
Comment
raconter une 
histoire
Éditions Seghers
Photo courtoisie L’atelier d’écriture de Gabriel Garcia Marquez – Comment raconter une histoire Éditions Seghers

Coup d'oeil sur cet article

De temps en temps, on peut lire, dans les journaux, des invitations à participer à des ateliers d’écriture. Ce sont en général des écrivains qui ont fait leurs preuves, ou encore des professeurs de littérature, qui cherchent ainsi à arrondir leurs fins de mois. Parfois, aussi, ce sont de simples quidams. Ces ateliers s’adressent aussi bien aux jeunes, motivés par le désir ardent de devenir auteur, qu’aux personnes âgées, pour qui ce serait une véritable thérapie.

Le présent ouvrage est le fruit d’ateliers de création qui sortent de l’ordinaire. Il ne s’agit pas de n’importe qui, mais d’un monstre sacré, Prix Nobel de littérature, l’écrivain colombien Gabriel Garcia Marquez (Gabo). Ses ateliers, appelés «Comment raconter une histoire», s’échelonnaient sur une semaine et se donnaient dans la petite ville de San Antonio de los Baños, dans la grande banlieue de La Havane, là où Gabo a fondé, dans les années 1980, une École internationale de cinéma et de télévision. Pour l’écrivain colombien, l’écriture d’un roman ou d’un scénario de film procède du même désir de créer une œuvre de fiction qui se tienne.

La méthode que propose Gabo à ses ­étudiants, c’est d’écrire plusieurs scénarios de fiction, en osant l’insécurité, sans avoir peur de se tromper, quitte à recommencer 100 fois. «Il n’y a pas de vraie création sans risque, et donc sans un élément d’incertitude», leur dit-il. Mais il y a plus: le romancier veut percer le secret de la création. «Quel est ce mystérieux mécanisme qui transforme le simple désir de raconter une histoire en une véritable passion, en une pulsion assez forte pour qu’un être humain soit capable de mourir pour elle?» Chemin faisant, il est devenu accro au travail de groupe, dit-il. «Ce truc, d’inventer des histoires ensemble, c’est à présent l’un de mes vices.» Mais ce travail, solitaire ou en groupe, est exigeant, il demande «du vécu, de la sensibilité, de l’imagination, de la compassion, des talents d’observation aussi». Et une bonne dose de modestie. Ce qui n’est pas donné à tous.

Si le travail de brainstorming est ici à la base de l’atelier de création, le travail final, celui qui consiste à rassembler tous les fils de l’histoire, revient, à tour de rôle, aux différents participants. Chaque détail, chaque personnage, chaque action et son dénouement sont soumis à une discussion animée. Tous contribuent ainsi à donner de l’épaisseur, de l’originalité et de la crédibilité au récit. Garcia Marquez, lui, y ajoute sa touche personnelle, une saveur de réalisme magique à laquelle il nous a habitués.

À la fin de l’ouvrage, on assiste à la ­genèse d’une histoire, dont le canevas de travail est ébauché par Gabo et qui doit ­déboucher sur une telenovela qu’achèterait une chaîne de télévision. Une seule obligation: on ne doit jamais savoir si on est dans le rêve ou la réalité. «Les rêves ont cet avantage qu’on ne sait jamais s’ils racontent la vérité ou un mensonge», nous dit Gabo.

Ces ateliers d’écriture de Gabriel Garcia Marquez, auxquels participent une dizaine de personnes, sont des plus divertissants et instructifs. Il n’y a pas de recette miracle, bien évidemment. Mais il est toujours intéressant d’assister, dans les coulisses, à la naissance d’une œuvre, écrite et/ou filmée. Pour pouvoir, un jour, faire le grand plongeon et raconter à notre tour une histoire inventée.

Autres suggestions de lecture

Un portrait inspirant

Raôul 
Duguay :
L’arbre qui 
cache la forêt
Louise Thériault  
Éditions du CRAM
Photo courtoisie
Raôul Duguay : L’arbre qui cache la forêt Louise Thériault Éditions du CRAM

Pour beaucoup d’entre nous, Raôul Duguay, c’est La bitt à Tibi, un classique qui met facilement le feu aux poudres dans un party. On ­apprend, dans cette biographie du chanteur, qu’il est né dans la grosse misère noire à Val-d’Or et que sa veuve de mère a dû le placer, ainsi que sa sœur, dans un ­orphelinat. Très jeune, il a côtoyé le ­malheur de près. Mais Raôul est d’une race qui «a du front tout l’tour d’la tête». Ce ­portrait inspirant de l’artiste toujours vivant est une belle invitation à ­découvrir l’arbre qui cache la forêt.

Approuvé par Buissonneau

Paul 
Buissonneau
en 
mouvement
Jean-Fred 
Bourquin
Éditions du 
Boréal
Photo courtoisie
Paul Buissonneau en mouvement Jean-Fred Bourquin Éditions du Boréal

Je me souviens de la biographie qu’ont écrite Jean-Marie Bioteau et ­Olivier Lasser, Paul Buissonneau ou la vigoureuse impatience. Buissonneau avait menacé Alain Stanké de l’assassiner s’il publiait cette bio. Stanké s’est ­désisté et on m’a refilé la bombe à retardement, où je n’ai vu que du bon. Après sa publication, Buissonneau m’a invité au restaurant. Je craignais le pire, mais le pire ne s’est pas produit. Voici donc une autre histoire de Picolo et du fondateur du Théâtre de Quat’Sous, racontée différemment mais tout aussi ­intéressante, où l’auteur donne la parole à ceux, nombreux, qui l’ont connu.

Un roman qui donne le vertige

La religion 
de ma 
mère
Karim 
Akouche
Éditions 
Michel Brûlé
Photo courtoisie
La religion de ma mère Karim Akouche Éditions Michel Brûlé

Un coup de téléphone suffit pour tout chambarder. La mère du narrateur vient de mourir à l’autre bout du monde. C’est alors le retour obligé au pays maternel, en Kabylie. Il y a ­plusieurs ­années, il l’a quitté parce qu’on y avait instauré la ­terreur. «Les fous d’Allah tuaient les ­enfants et ­violaient les vierges. Les ­képis et les ­turbans s’acoquinaient [...] Au sommet de l’État, les Caligula ricanaient du peuple.» L’auteur admet qu’il n’est ­d’aucune ­religion, sauf celle de sa mère. «Dieu n’a inventé la prière que pour les croulants», lui ­répétait-elle. Un roman qui donne le vertige.

Des lettres absurdes

Surqualifié :
Lettres à des 
sociétés 
sans visage
Joey Comeau
Éditions 
Mémoire 
d’encrier
Photo courtoisie
Surqualifié : Lettres à des sociétés sans visage Joey Comeau Éditions Mémoire d’encrier

Original, ce petit ouvrage! L’auteur envoie une quarantaine de lettres absurdes à des entreprises et des compagnies connues, pour leur offrir ses services. Autant de prétextes pour se moquer des décideurs avec une douce ironie. Ne ratez pas la plus ­sanglante: «La lettre à Gillette». La plus rigolote: «La lettre à Greenpeace».