/news/politics
Navigation

Maxime Bernier battu de justesse au fil d’arrivée

Le député beauceron a été coiffé au dernier tour par Andrew Scheer

CANADA-POLITICS/CONSERVATIVES
Photo Reuters Maxime Bernier (à droite) félicite Andrew Scheer après l’annonce des résultats.

Coup d'oeil sur cet article

TORONTO | Le Québécois Maxime Bernier a échappé du bout des doigts son rêve de devenir chef du Parti conservateur du Canada. Le Saskatchewanais peu connu Andrew Scheer lui a damé le pion au terme d’une soirée pleine de suspense.

Réunis en congrès à Toronto samedi, après un marathon de plus d’un an, les militants du parti ont enfin couronné leur nouveau leader et successeur de Stephen Harper.

Il aura fallu attendre jusqu’au 13e et tout dernier tour de scrutin pour que le Saskatchewanais complète une spectaculaire remontée.

Les propositions-chocs de M. Bernier, qui a terminé avec 49 % des voix, n’auront finalement pas convaincu une majorité de militants de lui accorder leur confiance. Ces derniers ont plutôt cédé aux arguments d’Andrew Scheer, qui s’est posé en ultime rassembleur durant la campagne, récoltant en bout de piste 51% des voix exprimées.

«Pour les deux prochaines années, nous devons communiquer nos valeurs conservatrices à un plus grand nombre de Canadiens, a déclaré M. Scheer après sa victoire à l’arraché. Nos excellents résultats au Québec en 2015 sont un signe que nous pouvons faire encore mieux en 2019. Pour moi, il est essentiel que nous ayons des députés conservateurs à Montréal»

Quasi inconnu au Québec

L’homme de 38 ans a maintenant l’immense défi devant lui de se faire connaître de toute la population canadienne avant les prochaines élections, croit Frédéric Boily, professeur de sciences politiques de l’Université de l’Alberta.

Car si une majorité des députés conservateurs québécois se sont rangés derrière lui, M. Scheer est quasi inconnu au Québec.

«Il doit résoudre son problème de notoriété publique», avance M. Boily.

Ce dernier croit toutefois que les troupes conservatrices feront preuve de patience avec leur nouveau chef, et ne s’attendront pas nécessairement à reprendre le pouvoir dès 2019. «M. Scheer fera davantage un travail de reconstruction à long terme», selon l’expert.

« Prêt pour 2019 »

Luc Berthold, un des quatre députés québécois à avoir appuyé le vainqueur, estime que le parti, sous la houlette de M. Scheer, peut arriver à chasser les libéraux du pouvoir à court terme.

«On va être prêt pour 2019 avec un chef qui va être assez connu», a-t-il fait valoir, admettant toutefois que M. Scheer a du pain sur la planche en matière de reconnaissance publique.

Père de cinq enfants, Andrew Scheer se dit ouvertement contre l’avortement et le mariage gai. S'il n'a pas toutefois l'intention de personnellement rouvrir ces débats, il n'empêchera pas ses députés de le faire.

«C’est un moment difficile»

Une profonde déception était visible sur le visage de Maxime Bernier après sa défaite crève-cœur dans la course à la direction du Parti conservateur du Canada, samedi.

«C'est un moment difficile», a simplement lâché le Beauceron, ému, après l’annonce de la victoire du nouveau chef Andrew Scheer.

Tout semblait pourtant sourire à M. Bernier dans les jours précédant le vote.

Meneur dans les sondages, il avait aussi amassé plus d’argent que tous les autres candidats.

Le meilleur

Questionné à savoir ce qui peut expliquer cet échec, M. Bernier a souligné que «les gens ont voté, c'est le résultat», visiblement sous le choc.

«C'était une belle course et j'ai toujours dit que le meilleur l'emporte et le meilleur l'a emporté», a-t-il enchaîné.

«Je suis heureux pour Andrew. Andrew va être un bon chef. Je suis prêt à travailler avec lui. Ensemble, on va pouvoir s'assurer d'avoir un gouvernement conservateur dans deux ans», a-t-il ajouté.

Gestion de l’offre

Jacques Gourde, un des rares députés québécois à l’avoir appuyé, a émis l’hypothèse que la proposition de M. Bernier d’abolir la gestion de l’offre a eu raison de sa campagne.

«À la fin [de la campagne], c'est devenu un référendum sur la gestion de l'offre. Et Maxime a perdu son pari... », a offert M. Gourde.

Ironiquement, les résultats du scrutin dans la circonscription de Beauce, celle de Maxime Bernier, reflètent presque parfaitement le résultat final de la course à la direction à l’échelle du pays.

Indélogeable dans sa circonscription depuis 2006, M. Bernier (49 %) s’est fait damer le pion par M. Scheer (51 %).

La défaite est d’autant plus difficile à avaler que Maxime Bernier attendait ce moment depuis une décennie.

Qui est Andrew Scheer ?

  • Âgé de 38 ans.
  • Père de 5 enfants.
  • Élu dans la circonscription de Regina.
  • Se décrit comme un politicien pragmatique à l’image de Stephen Harper, mais «avec un sourire».
  • Il se dit ouvertement contre l’avortement et le mariage gai, mais il considère comme réglé le débat sur ces questions.
  • Il promet d’abolir la taxe sur le carbone du gouvernement Trudeau.

Ce qu'ils ont dit

CANADA-POLITICS/CONSERVATIVES
Photo d'archives

« Andrew Scheer est capable d’unir le parti en une seule force. Il a appris à se faire connaître. J’ai toujours dit qu’on est une famille et que peu importe qui est le chef, on aura à mettre de l’eau dans notre vin pour parler d’une même voix. »

– Sylvie Boucher, députée conservatrice de Beauport-Côte-de-Beaupré-île d’Orléans-Charlevoix

CANADA-POLITICS/CONSERVATIVES
Photo d'archives

« Félicitations @andrewscheer. Au plaisir d'être du côté opposé sur presque chaque enjeu. »

– Guy Caron, candidat au leadership néo-démocrate et député de Rimouski

CANADA-POLITICS/CONSERVATIVES
Photo d'archives

« Félicitations à @andrewscheer nouveau chef du Parti conservateur du Canada. Allons de l'avant forts et unis! »

– Stephen Harper, ex-premier ministre du Canada et ex-chef du Parti conservateur

CANADA-POLITICS/CONSERVATIVES
Photo d'archives

« J'éprouve un certain soulagement et le sentiment du devoir accompli. Notre parti est plus populaire que jamais sur le plan financier et on a eu de bons débats d'idées. »

– Steven Blaney, député de Bellechasse-Les Etchemins-Lévis

CANADA-POLITICS/CONSERVATIVES
Photo d'archives

«Les dinosaures de la droite morale viennent de reprendre le contrôle du Parti conservateur»,»

– Alexandre Boulerice, député du NPD

 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.