/opinion/columnists
Navigation

Faire sauter la planète

Faire sauter la planète
Photo AFP

Coup d'oeil sur cet article

De toutes les bêtises que l’on peut entendre au sujet des terroristes islamistes, la pire est que c’est la pauvreté et l’exclusion sociale qui poussent de pauvres musulmans vers l’extrémisme religieux.

Les damnés de la terre ?

Comme l’a fort bien souligné la chroniqueuse Natacha Polony dans Le Figaro vendredi dernier: «Le djihadiste qui se fait exploser au milieu d’adolescentes sortant d’un concert ne proteste pas contre une quelconque discrimination. Le djihadiste de Manchester vivait dans une société qui tolère le voile intégral et juge incompréhensible la laïcité à la française...»

Le philosophe Pascal Bruckner va dans le même sens: «Les tenants de l’explication économique, qu’ils soient marxistes ou libéraux, disent: donnons du travail à ces jeunes gens et ils rentreront dans le droit chemin. Les faits témoignent du contraire. Ben Laden et ses amis n’étaient pas des damnés de la terre.

«Coulibaly, l’assassin de l’Hyper Casher, travaillait chez Coca-Cola et passait ses vacances aux sports d’hiver ou dans des îles lointaines.

«Une majorité des cadres de Daech, selon une étude de la Banque mondiale de 2016, viennent des universités. Plus encore: la proportion de candidats au suicide augmente avec l’éducation.»

Sans oublier les auteurs du massacre du 11 septembre, qui étaient éduqués et faisaient partie de la classe moyenne supérieure.

Ou les nombreux ingénieurs qui ont joint les rangs d’Al-Quaida.

Contrairement à la France, qui interdit le voile intégral et érige un mur étanche entre la religion et l’État, l’Angleterre préconise un multiculturalisme hyper ouvert. Le voile intégral fait partie du paysage anglais (je suis allé à de nombreuses reprises à Londres et je peux le confirmer) et on compte plus de cent tribunaux de la charia au pays.

Bref, en Angleterre, on «accommode».

Est-ce que cela rend l’Angleterre plus sympathique aux yeux des islamistes? Absolument pas.

Vouloir la fin du monde

Certains diront que les islamistes ciblent les États-Unis, l’Angleterre et la France, car ces nations interviennent militairement dans des pays arabo-musulmans.

C’est oublier que plusieurs pays arabo-musulmans sont aussi victimes de terrorisme islamiste.

En fait, les fous d’Allah frappent tout le monde: musulmans ou non, arabes ou pas, occidentaux ou orientaux, riches ou pauvres, jeunes, vieux, femmes et enfants.

Ces gens veulent mettre la planète à feu et à sang. Plusieurs ne connaissent du Coran que des interprétations tordues qu’ils ont lues sur internet.

Comme l’a fort bien démontré un dossier publié dans le magazine américain The Atlantic («Ce que veut vraiment l’État islamique», publié en mars 2015), ces gens sont animés par une pulsion de mort. Ils ne veulent pas seulement se faire sauter, ils veulent faire sauter la planète au complet.

«Ils rêvent de batailles épiques entre le bien et le mal et ont des visions de massacres apocalyptiques...»

Bref, l’idée de la fin du monde les fait triper.

Ils sont mal dans leur peau, et ce malaise n’est ni économique ni politique, comme on tente de nous le faire croire, mais d’abord et avant tout psychologique.

Helter Skelter

Pourquoi des jeunes de milieux aisés ont décidé, à la fin des années 1960, de joindre la secte de Charles Manson?

C’est ça, la vraie question.