/sports/hockey/coupe-memorial
Navigation

Addison et Sergachev sur un nuage

2017 Memorial Cup - Championship
Photo AFP

Coup d'oeil sur cet article

WINDSOR | À travers les cris de joie et les photos d’équipe et de famille, les Spitfires ne pouvaient toujours pas croire qu’ils étaient champions.

Après 44 jours au repos forcé à mijoter une recette miraculeuse, ils ont réussi ce que très peu d’équipes ont accompli dans l’histoire de la Ligue canadienne, soulever la coupe Memorial. «C’est incroyable. Je savais qu’on pouvait réussir cet exploit et livrer la marchandise dans ce tournoi. Nous l’avons fait, a crié Addison, énergique sur la patinoire pendant les célébrations.

«Je suis si heureux de pouvoir donner cette coupe aux gens de Windsor. Ils la méritent, ils nous ont toujours supportés, a ajouté l’attaquant et espoir du Canadien qui a marqué cinq buts dans ce tournoi national. Nous avons traversé plein d’obstacles durant la saison et nous sommes passés à travers en devenant plus forts. Nous sommes maintenant des champions.»

À l’étape suivante

Avec son jeu défensif efficace, le prometteur défenseur Mikhail Sergachev a grandement contribué à cette conquête après avoir éprouvé des difficultés dans les séries éliminatoires de l’OHL. Selon le directeur général des Spitfires, Warren Rychel, le premier choix du CH à l’encan 2016 est prêt à passer à un autre niveau. Le DG du Canadien Marc Bergevin aurait déjà des plans pour lui.

«Quand je suis débarqué en Ontario l’an passé, je ne pensais jamais que cette aventure serait si folle et aussi difficile. Maintenant que j’ai gagné ce championnat, je veux grimper au niveau suivant et essayer de gagner une autre coupe», a lâché Sergachev, avec son large sourire. Il a réalisé en troisième période qu’il effectuait probablement ses derniers coups de patin dans les rangs juniors.

Avec une fiche parfaite de quatre victoires dans ce tournoi national, les Spitfires ont prouvé à leurs détracteurs qu’ils avaient tort. C’est ce que le gardien Michael DiPietro, Jeremy Bracco, et plusieurs autres ont soutenu. Ils y sont parvenus en adoptant à l’unanimité le plan de l’entraîneur-chef Rocky Thompson.

Le gardien de 17 ans Michael DiPietro s’est montré à la hauteur hier en limitant la puissante attaque des Otters à trois buts sur 35 tirs.
Photo AFP
Le gardien de 17 ans Michael DiPietro s’est montré à la hauteur hier en limitant la puissante attaque des Otters à trois buts sur 35 tirs.

«Nous avons effectué de l’excellent boulot tout au long du tournoi. Nous avons tout donné et ce soir (samedi), nous avons compris que c’était le match de notre vie», a souligné Thompson qui a géré la situation d’une main de maître.

Bracco a aussi conclu une saison de rêve, lui qui a gagné la médaille d’or au Mondial junior.