/news/green
Navigation

Caribous de Val-d’Or au zoo: le Refuge Pageau veut que le gouvernement annule sa décision

D’autres voix s’élèvent contre le déplacement de la harde de caribous de Val-d’Or au zoo de Saint-Félicien.
PHOTO COURTOISIE D’autres voix s’élèvent contre le déplacement de la harde de caribous de Val-d’Or au zoo de Saint-Félicien.

Coup d'oeil sur cet article

Le Refuge Pageau, qui accueille en Abitibi des animaux sauvages avant de les remettre en liberté, veut que le gouvernement change d’idée et n’envoie plus les caribous de Val-d’Or au zoo de Saint-Félicien.
 
Le gouvernement a annoncé que la harde de caribous de Val-d’Or sera relocalisée au zoo sauvage de Saint-Félicien l’an prochain. Le troupeau compte une quinzaine d’individus.
 
Jamais le refuge n’a été consulté ou même mis au courant de cette décision avant qu’elle soit annoncée publiquement. Son directeur était pourtant impliqué dans le plan de rétablissement du caribou à titre d’expert-conseil depuis une dizaine d’années.
 
«On aurait aimé savoir ce qui se tramait avant que ça sorte publiquement, au moins être consulté et/ou avisé. Ç’a été une déception. C’est inquiétant de savoir que quand une espèce dérange, c’est une bonne réponse de la capturer et de la mettre dans un zoo», dit Marie-Frédérique Frigon, responsable des communications du Refuge Pageau.
 
Les experts du refuge situé à Amos, en Abitibi, avaient déjà soumis il y a quelques années un plan de garde en enclos temporaire, à la demande du gouvernement. «On avait soumis les coûts que ça pourrait engendrer de les garder en enclos temporairement pour aider au groupe à se renforcer et les remettre ensuite en liberté», indique Mme Frigon. Aucune suite n’avait été donnée.
 
Annuler la décision
 
De son côté, jamais le refuge n’aurait accepté un tel scénario si le gouvernement le lui avait demandé, s’il n’impliquait pas une remise en liberté.
 
On souhaite maintenant que la décision soit annulée. «On voudrait que le troupeau reste à Val-d’Or. Ces animaux, individuellement, vont bien. Ça va à l’encontre de notre mission. On travaille avec des animaux qui en arrachent pour les rendre mieux et les remettre dans le bois et là, c’est le contraire. Ce sont des animaux qui vont bien qu’on veut prélever de leur milieu et les garder en enclos», ajoute-t-elle.
 
Une meilleure protection du territoire pourrait être faite si les caribous demeuraient à Val-d’Or, croit-elle.
 
Ajoutons que 15 000 personnes ont signé une pétition virtuelle demandant l’annulation du déplacement de la harde de caribous au zoo.