/news/currentevents
Navigation

Un meurtre qui a changé la famille de la victime

Amalan Thandapanithesigar, Meurtrier
Photo d'archives Amalan Thandapanithesigar, Meurtrier

Coup d'oeil sur cet article

Le Montréalais coupable d’avoir tué son voisin qu’il croyait voir tourner autour de sa femme a également anéanti tous les rêves des enfants de la victime­­, a témoigné l’un d’eux lundi.

«Mon père était un homme remarquable, toujours souriant et quand nous avons appris sa mort, c’était comme si on avait poussé notre famille dans le vide», a dit en pleurs la fille de Jeyrasan Manikarajah.

La jeune femme témoignait aux plaidoiries sur la peine à imposer à Amalan Thandapanithesigar pour un meurtre brutal commis dans une ruelle de l’arrondissement Côte­­-des-Neiges à Montréal, le 23 juin 2014.

Dans les jours précédant le drame, le meurtrier s’est convaincu que l’homme harcelait sa femme.

«Je suis humain, ne me fais pas devenir­­ un animal», avait-il dit.

Le jour fatidique, il est allé le confronter et l’a poignardé six fois, notamment­­ dans le dos. Il a ensuite frappé le corps gisant au sol avant d’aller­­ boire une bière froide dans un bar juste à côté du lieu du meurtre.

«On a pleuré, a témoigné la fille de M. Manikarajah en se rappelant toute l’attention que le père donnait à ses enfants. On ne mérite pas cela, je vous en prie, faites-nous justice. »

Prison à vie

Comme Thandapanithesigar a été reconnu coupable de meurtre au deuxième degré, il écopera automatiquement de la prison à vie. Le juge Jean-François Buffoni doit toutefois déterminer combien d’années le meurtrier devra purger avant d’être admissible à une libération conditionnelle.

Et pour Me Dennis Galiatsatos de la poursuite, Thandapanithesigar devrait attendre 17 ans. «Il a tué un réfugié qui avait quitté son pays pour fuir la guerre civile parce qu’il se sentait insulté­­, c’est quelqu’un qui est allé boire une bière froide juste après», a plaidé le procureur.

Le meurtrier croit pour sa part qu’une période de 10 ans serait adéquate­­. «Je regrette cet événement de ma vie, je ne voulais pas le tuer», a dit le meurtrier qui, sous l’insistance de son avocate Me Elise Pinsonnault, a fait part de ses regrets pour la famille de la victime.

Thandapanithesigar a juré que son «cœur est brisé», tandis que sa femme a juré être ostracisée à cause de «l’attitude» de la victime envers elle.

Le meurtrier connaîtra sa sentence le mois prochain, au palais de justice de Montréal.

 
Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.