/news/health
Navigation

Une unité de soins vide, c’est de «l’argent mal dépensé»

<b>François Paradis</b><br /><i>Député Caquiste de Lévis</i>
Photo d'archives, Simon Clark François Paradis
Député Caquiste de Lévis

Coup d'oeil sur cet article

Le fait qu’une nouvelle unité de soins de longue durée soit vide depuis près d’un an à l’Institut universitaire en santé mentale de Québec (IUSMQ), alors que des aînés sont en attente d’hébergement, traduit «un manque d’organisation flagrant», critique le député caquiste de Lévis, François Paradis.

«C’est de la mauvaise gestion et de l’argent mal dépensé qui ne sert pas. Dans ce dossier, on vit cette espèce de gestion au quotidien, comme si on n’avait pas vu venir les choses. C’est comme l’hôpital de La Pocatière qui se retrouve en manque d’anesthésistes ou lorsqu’on se rend compte qu’il manque des préposés aux bénéficiaires dans nos établissements. Il y a là un manque de vision», fustige M. Paradis.

Argent des contribuables

Le Journal rapportait, lundi matin, que cette unité flambant neuve de 64 places attend toujours d’accueillir ses premiers résidents, faute de médecins qui acceptent d’assurer la prise en charge des aînés actuellement hébergés au CHSLD Saint-Augustin, à Beauport.

Ces installations modernes ont coûté 6 millions $. Le CIUSSS de la Capitale-Nationale affirme être toujours à la recherche d’un médecin. «Est-ce le milieu de soins de longue durée qui n’est pas attirant pour la pratique médicale? Est-ce le mode de rémunération? Le ministre Barrette devrait être à sa table de travail et dire: “on a des équipements payés par les contribuables qui ne servent pas. Agissons!”», soulève M. Paradis.