/finance/pme
Navigation

Des BIXI québécois à Honolulu

L’entreprise PBSC multiplie les conquêtes à travers le monde

Luc Sabbatini est photographié avec le 50 000e vélo spécialement créé pour le 375e de Montréal.
Photo courtoisie Luc Sabbatini est photographié avec le 50 000e vélo spécialement créé pour le 375e de Montréal.

Coup d'oeil sur cet article

D’ici la fin du mois de juin, le pionnier québécois du vélo libre-service, PBSC, débarquera à Honolulu sur l’île d’Hawaï, et à Reykjavik, en Islande. Du même souffle, il lance aussi deux nouvelles bicyclettes, dont un modèle à assistance électrique.

Avec ses 50 000 vélos qui roulent à travers le monde, dans des grandes villes et des capitales situées en Amérique du Nord, en Australie et en Europe, PBSC multiplie les conquêtes.

«En juin, nous ajoutons deux nouvelles destinations – Honolulu et Reykjavik – et une autre ville dont nous ne pouvons pas encore révéler le nom s’en vient bientôt», mentionne Luc Sabbatini, le président de PBSC.

C’est le nouveau modèle de vélo FIT, plus léger, maniable et équipé d’un cadre et de roues plus petites, qui a été choisi par la ville d’Honolulu.

Quant au BOOST, un modèle avec assistance électrique, il sera testé prochainement dans deux villes pilotes, puis mis en production dès l’année prochaine.

Fiabilité et qualité

«Ce qui nous démarque et assure notre succès, c’est la qualité de nos vélos et de nos installations», assure Luc Sabbatini.

Le modèle qui a fait sa renommée, le fameux ICONIC, en service dans les rues de Montréal notamment, a en effet été créé spécifiquement pour répondre aux exigences du vélo-partage.

Fiable, robuste et conçu pour résister aux rigueurs climatiques les plus variées, il se compare avantageusement aux bicyclettes standards proposées par d’autres systèmes de vélos libre-service.

Les stations qui accueillent les bicyclettes sont également à la fine pointe de la technologie et alimentées par l’énergie solaire.

«Nos systèmes d’ancrage sont aussi à toute épreuve, il est impossible de voler les vélos», souligne M. Sabbatini. Des applications intelligentes ont été développées spécifiquement pour les utilisateurs ainsi qu’un outil destiné à la gestion du parc de vélos pour les administrateurs.

35 personnes à la recherche

Il faut dire que pas moins de 35 personnes se consacrent à la recherche et au développement dans la compagnie. «Nous avons investi cinq millions $ en R et D au cours des deux dernières années», calcule Luc Sabbatini. En 2017, l’entreprise a aussi créé PBSC Lab, un centre de recherche entièrement consacré à l’innovation.

 

La compagnie

  • Fondée en 2009
  • 100 employés au total, au Québec et aux États-Unis
  • Siège social à Montréal
  • 22 villes et deux universités clientes
  • 50 000 vélos
  • 3 modèles de vélos (ICONIC, FIT et BOOST)
  • 160 millions de trajets depuis sa fondation
  • 3900 stations à travers le monde