/24m/job-training
Navigation

Les 5 clés du bien-être au travail

Les 5 clés du bien-être au travail
Photo stock.adobe.com

Coup d'oeil sur cet article

Philippe Jean Poirier - 37e AVENUE

 

Comment être heureux au travail ? Voici les 5 clés du bien-être professionnel, selon Véronique Dagenais-Desmarais, professeure en psychologie du travail à l’Université de Montréal et spécialiste de la question.

1. Les relations interpersonnelles

« Entretenir des relations interpersonnelles de qualité avec ses collègues est fondamental pour ressentir du bien-être professionnel », dit la professeure.

La première question à se poser est donc de savoir s’il y a une adéquation entre le travailleur et ses collègues : « Ai-je l’impression que je peux être moi-même ? »

Cela ne veut toutefois pas dire que les conflits sont inexistants, nuance la professeure : « Un conflit peut être enrichissant s’il nous permet de grandir ensemble. »

2. Un sentiment d’épanouissement

« Mon travail est-il significatif et stimulant ? » Voilà une autre question essentielle. L’époque où l’on ne faisait que puncher est révolue : « On veut que notre travail ait un sens », dit la professeure.

3. Un sentiment de compétence

Se donner le temps d’apprendre son métier a aussi ses vertus. Comme l’explique Véronique Dagenais-Desmarais, un travailleur est plus susceptible de ressentir du bien-être professionnel s’il a l’impression « d’être bien outillé pour faire son travail, qu’il se sent en contrôle ». Les travailleurs qui carburent aux promotions peuvent y voir une mise en garde...

4. Le rôle de la reconnaissance

« Nous sommes des êtres sociaux, dit Véronique Dagenais-Desmarais. Nous avons besoin de sentir que nous faisons partie d’un groupe. » Un facteur important du bien-

être professionnel est donc l’impression de se sentir accepté par son organisation, tant pour son travail que pour ses qualités personnelles.

5. Le désir de s’engager au travail

« Le bien-être professionnel n’est pas un état passif dans lequel on attend, les bras croisés, que le bonheur arrive, explique enfin la professeure. Il provient du désir de s’engager dans le bon fonctionnement de l’organisation. On veut contribuer à plus grand que soi ! » résume la professeure.