/news/society
Navigation

Un Grand Prix pour l'industrie du sexe

Le Journal a fait le test d’afficher une banale annonce de recherche d’emploi en lien avec le Grand Prix

Coup d'oeil sur cet article

Qu'arrive-t-il lorsqu'une jeune femme publie une recherche d’emploi comme serveuse lors du Grand Prix de Formule 1? La quasi-totalité des réponses qu’elle reçoit sont des offres sexuelles. Le Journal a fait le test.

Dans l’annonce affichée, nous nous sommes présentés comme une jeune femme de 19 ans, nouvellement arrivée dans la métropole, qui se cherche un emploi dans les bars. En aucun cas, nous n’avons proposé de services sexuels.

Sans même fournir de photo, Le Journal s’est entretenu avec près d’une dizaine d’hommes qui souhaitaient engager la jeune femme pour des services sexuels. La majorité de ces propositions ont même été reçues moins de 24 heures après la publication de l’annonce.

«Veux-tu devenir un modèle pour un show cam sexy sur Skype payer entre 1500 et 4000 $ par show sans être nue? Tu peux être avec un top sexy ou en bikini et tu te pognes les seins et te claques les fesses...», nous a-t-on proposé dans un message texte envoyé à peine deux heures après la mise en ligne.

L’«employeur» qui nous a proposé les prestations sur webcam a spécifié que la demande était plus grande pour ce genre de choses lors du Grand Prix. Et plus on se faisait hésitants, plus il faisait grimper son prix, offrant jusqu'à 6000$ par vidéo. Il nous a même relancés le lendemain pour voir si nous avions changé d’idée.

10 fois plus exploitées

Pendant le Grand Prix de Formule 1, qui fait rimer course automobile et objectivation de la femme aux yeux de plusieurs organisations contre l’exploitation sexuelle, la métropole devient une plaque tournante du tourisme sexuel.

«Les femmes qui sont exploitées à longueur d’année sont exploitées dix fois plus durant cette fin de semaine», résume Diana Pizzuti, directrice des programmes au Y des femmes.

Ces offres d'emploi explicites sexuellement (voir ci-dessus) laissent sans mot la porte-parole en matière de condition féminine de la CAQ.

«Ça me jette à terre. C'est épeurant qu'une jeune femme puisse être sollicitée comme ça, on tente d'exploiter leur vulnérabilité en les attirant avec de l'argent. Si j'étais un parent, je serais très inquiet», indique Lise Lavallée, qui réclame une commission parlementaire pour «freiner la prostitution juvénile et le proxénétisme».

« Estomaquée »

Le Journal a décidé de faire cet exercice à la suggestion de la Concertation des luttes contre l’exploitation sexuelle (CLES), qui s’inquiète devant l’intensification du recrutement de filles pour répondre à la demande en services sexuels avant le Grand Prix.

La porte-parole de l’organisme s’est dite «estomaquée» par le nombre de propositions que nous avons reçues en un si court laps de temps.

«Ce n'est même pas écrit escorte dans l'annonce et les proxénètes ont vu là une occasion de recruter», s’inquiète Martine B. Côté, de la Concertation.

Kijiji a aussi constaté le problème sur son site.

«Le côté glamour de l'événement, où l'on associe les belles voitures avec les belles femmes, fait que des gens en profitent pour recruter des jeunes femmes et offrir des services de prostitution, soutient Mme Lavallée. On profite de cette manne de touristes qui arrivent et qui ont de l'argent pour leur proposer ces services-là.»

Événement « glamour »

Les organismes sont d’autant plus inquiets cette année puisque Montréal héberge deux événements de course automobile, soit la Formule 1 et la Formule E. Tout cela s’ajoute à une affluence plus importante de touristes en raison du 375e anniversaire de Montréal.

«C’est facile de tomber sur des annonces ou de se faire approcher. Le plus dommage c’est que les filles trouvent que c’est “glamour”, le Grand Prix. Elles veulent être comme les filles qu’on y voit», s’inquiète Julie Sirois, éducatrice spécialisée et fondatrice du groupe féministe Les Olympe de Gouges.

Le Parti québécois a mentionné qu’il était temps d’arrêter de parler du problème et d’agir.

Le gouvernement a quant à lui indiqué que 200 M$ sont investis pour prévenir et contrer les violences sexuelles.

Le Grand Prix de Montréal dit pour sa part avoir toujours dénoncé l'exploitation sexuelle.

L’annonce du journal

Le Journal a publié sans photo cette annonce sur Kijiji il y a une semaine.

Allô !

Je m’appelle Marie-Ève Gagnon.

J’ai 19 ans et je viens d’arriver à Montréal pour mes études à l’UQAM.

Je me cherche un travail. J’ai beaucoup d’expérience même si je suis jeune parce que mes parents ont un bar en Gaspésie et j’ai passé tout mon temps là durant mon adolescence. J’aimerais bien vivre l’expérience du Grand Prix comme serveuse ou barmaid.

J’ai un beau sourire et beaucoup d’entregent.

Si vous me contactez, je peux vous envoyer mon cv.

Les réponses reçues

1. Webcam sexy pour 6000$

CAPTURE D'ÉCRAN

2. Publicité en petite tenue

CAPTURE D'ÉCRAN

3. Shooting photo en bikini

CAPTURE D'ÉCRAN

4. De l’argent pour un peu «d’affection»

Salut je suis nouveau celiba affection contre $ le ferais tu

5. Soutien financier en échange de «plaisir»

Bonjour, En attendant, Si tu es ouverte d esprit, et discrète,   je souhaite te proposer quelque chose. Je suis homme mature et généreux $$, qui aime avoir du plaisir xx en échange je t offre mon soutien financier $$. Merci de me répondre pour oui ou non je respecte ton choix anyway.

6. Présence féminine payante

«Je me cherche une présence féminine pour mes repas d'affaires. Clean, intéressant et payant comme demande»

7. 1000 $ pour lui faire mal

CAPTURE D'ÉCRAN

Trois autres réponses

Le Journal a tout de même reçu trois propositions semblant venir d’entreprises légitimes. Un bar dans le nord de la ville et un bar de danseuses nous ont offert un poste de barmaid, et un centre de massage de détente nous offrait un poste comme massothérapeute. 

Des offres d’emploi douteuses

En quelques clics, il est facile de repérer des offres d’emplois douteuses pour le Grand Prix sur des sites de petites annonces.

«Nous sommes à la recherche de barmaid pour le Grand prix et pour la période de l’été ! Idéal pour un emploi étudiant environ 3000$ hebdomadaire», peut-on lire dans une annonce publiée sur le site de petites annonces Kijiji.

Impossible de trouver de l’information sur l’agence qui embauche ou sur le nom de la personne qui a publié l’annonce.

Une autre publication nous invite à devenir un modèle pour le Grand Prix.

En tapant le nom de la personne qui a mis l’annonce en ligne, on trouve des vidéos où elle se dit à la recherche de femmes pour des films pornographiques.

Un bar de danseuses recrutait aussi juste à temps pour l’événement de course automobile sur un autre site.

La majorité de ces annonces se trouvaient dans la section emploi étudiant du site de petites annonces.

Chaque fois, on y promet une grosse somme d'argent et une soirée hors de l'ordinaire dans un hôtel de luxe.

La Loi interdit depuis décembre 2014 de recruter des gens pour des services sexuels et de faire la promotion de services sexuels d'autrui.

Une travailleuse du sexe aurait cependant le droit de proposer elle-même ses services.

«Les techniques se sont raffinées, les mots ont changé, on parle d’hôtesse, de modèle, ou de “Girlfriend experience” sur certaines sites, mais ça revient au même», insiste Martine B. Côté, porte-parole de la Concertation des luttes contre l’exploitation sexuelle (CLES).

Des recruteurs utilisent les réseaux sociaux et les sites de petites annonces, mais ils se postent aussi près des écoles ou des centres commerciaux afin de trouver des filles à temps pour le Grand Prix, indique Mme Côté.

Plus d’efforts

Pour Kijiji, il se peut que certaines annonces échappent au processus de sécurité, car elles ne contiennent pas a priori de contenu interdit. L’entreprise essaie cependant d’être encore plus vigilante à l’approche de l’événement sportif et compte sur ses utilisateurs pour rapporter tout contenu douteux.

«Dans le cas du Grand Prix, nous savons que ce genre de services, de façon générale, est plus en demande et c’est pourquoi nous mettons plus d’efforts sur notre site pour repérer rapidement ces annonces et les supprimer, car elles contreviennent à nos politiques», indique Christian Jasserand, directeur du service à la clientèle et de la sécurité chez Kijiji.

La personne responsable du dossier à la police de Montréal n’était pas disponible pour nous parler avant la publication.