/news/health
Navigation

Présidence de la FIQ: Régine Laurent tirera sa révérence en novembre

La présidente de la FIQ, Régine Laurent, quittera son poste en novembre prochain.
Photo Stevens LeBlanc La présidente de la FIQ, Régine Laurent, quittera son poste en novembre prochain.

Coup d'oeil sur cet article

En poste depuis juin 2009, Régine Laurent quittera la présidence de la Fédération interprofessionnelle de la santé (FIQ) à l'issue du congrès de novembre prochain.

«Ce matin (mardi), j'ai annoncé aux militantes réunies à Lévis que je ne solliciterai pas un nouveau mandat à la FIQ. Je vais prendre ma retraite, même si je ne suis toujours pas grand-mère!», a déclaré Mme Laurent, au cours d'un point de presse.

Cette dernière n'envisage pas pour le moment de se lancer en politique, bien qu'elle ait déjà été approchée en ce sens, au cours de son mandat à la tête de la FIQ. «Mon rêve de retraite, quand j'y pense, je me vois en pyjama sur mon sofa, en train de lire, ce qui est incompatible avec une carrière politique», a-t-elle indiqué.

Mme Laurent a du même souffle fait savoir que le comité exécutif de la FIQ a décidé unanimement d'appuyer la candidature de l'actuelle 4e vice-présidente, Nancy Bédard, pour la remplacer. Mme Bédard a notamment été présidente du syndicat des professionnels en soins du CHU de Québec.

Intrusion du privé

«Pour nous c'est le visage de l'avenir. Elle est préparée et elle est prête à assurer la relève à la présidence. C'est le moment pour moi de passer le flambeau. Cependant, je serai là dans les prochains mois à me battre pour les membres de la FIQ et pour nos patients avec la même fougue que vous me connaissez», a formulé Mme Laurent.

Selon cette dernière, il y a encore beaucoup de travail à faire dans le réseau de la santé. «Une de mes craintes est l'intrusion du privé de toutes sortes de façons. C'est un problème majeur, mais il y a aussi la capacité de dispenser des soins humains. Cette lutte, on va continuer de la mener pour un meilleur ratio personnel-patients.»

Réformes inachevées

«Un autre de nos problèmes majeurs dans le réseau, c'est qu'on va de réforme en réforme, sans qu'on aille jusqu'au bout. On n'a jamais pris le temps d'évaluer les impacts positifs et négatifs. Chaque fois qu'un ministre de la Santé arrive, il a une solution miracle et c'est reparti», a soulevé Mme Laurent.

Cette dernière avait ce message aux quelque 75 000 infirmières, infirmières auxiliaires, inhalothérapeutes et perfusionnistes cliniques membres de la FIQ: «être votre présidente, c'est un méchant beau cadeau de la vie.»