/news/society
Navigation

Le rodéo urbain de Montréal aura bien lieu

Le rodéo urbain de Montréal aura bien lieu
Photo Courtoisie NomadFest

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL |  Après des semaines de controverse et de menaces d'injonction, le rodéo urbain se tiendra bel et bien à la fin du mois d'août, à Montréal, dans le cadre des festivités du 375e, a appris TVA Nouvelles.

En effet, le promoteur TKNL, la Ville de Montréal et le Festival western de St-Tite se sont entendus avec la SPCA de Montréal et le citoyen Alain Roy.

Cette entente donne à la SPCA un accès illimité au site du rodéo, mais également à celui du festival de Saint-Tite pour voir au bien-être des animaux.

Alain Roy avait déposé une injonction pour empêcher la tenue de l'événement du 24 au 27 août.

En vertu de l'entente de principe obtenue par TVA Nouvelles, M. Roy s'est engagé à ne pas intenter de procédures judiciaires (injonction provisoire ou interlocutoire ou ordonnance de sauvegarde) dans le but de faire annuler des épreuves de dressage.

Par ailleurs, la Société 375e, le Festival western, Productions TKNL et Les Productions Wild Time se sont engagés à permettre un accès illimité à toutes les installations de rodéo du NomadFest 2017 et du FWST 2017 à deux représentants nommés par la SPCA et Alain Roy qui pourront faire leurs propres constatations relativement au bien-être et à la sécurité des animaux impliqués dans ces événements.

«Le demandeur et ses représentants seront alors libres de publier leurs conclusions», indique-t-on dans le document.

Enfin, le demandeur, d'une part, et le Festival western, d'autre part, se sont engagés à faire une demande conjointe au MAPAQ pour la création d'un comité qui fera des recommandations au ministère sur l'application de la Loi sur le bien-être et la santé des animaux aux épreuves de dressage.

Par voie de communiqué, Alain Roy s’est dit «très satisfait» de cette entente mercredi soir.

«Il y a environ 150 rodéos au Québec et il est essentiel qu’on entreprenne immédiatement, avec la collaboration de tous les acteurs, un travail d’identification de toutes les pratiques appliquées au Québec, la condition animale étant devenue, de l’aveu même du législateur, une préoccupation sociétale, a-t-il déclaré. Il faut établir un état de situation de manière à pouvoir ensuite apporter les changements qui s’imposent au profit des êtres animaux utilisés dans tous les rodéos. Et je dis bien dans tous les rodéos.»

M. Roy a également affirmé qu’il fallait saisir toutes les opportunités pour faire progresser la cause animale.