/news/currentevents
Navigation

Vancouver : le procès d’un haut-gradé de la GRC commence

Tim Shields
Photo d'archives Tim Shields

Coup d'oeil sur cet article

VANCOUVER, Colombie-Britannique – Le procès pour agression sexuelle d’un ancien porte-parole haut-gradé de la Gendarmerie royale du Canada, Tim Shields, a commencé mercredi en cour provinciale, à Vancouver, ont rapporté plusieurs médias.

Dans une déclaration, lue en cour, la police a précisé que cette accusation contre Tim Shields, une figure bien connue, découle d’allégations en lien avec des faits qui seraient produits entre 2009 et 2010, dans l’ancien édifice de la GRC à Vancouver.

Michelle Booker, procureure de la Couronne, a précisé devant le juge que la victime avait été agressée dans les toilettes fermées dans les bureaux de la GRC en Colombie-Britannique, mais également au quartier de la division E à Vancouver.

«Elle lui a demandé de s'arrêter. Le harcèlement a continué, a déclaré Booker. Il l’a embrassée en touchant ses seins, il s’est dénudé et a placé sa main sur son pénis.»

L'identité de la victime ne peut être dévoilée puisqu’elle est protégée par une interdiction de publication.

Au moment des incidents présumés, Shields était chargé des communications stratégiques et était le visage public des «Mounties» dans la province.

Il a été accusé en mai 2016 et a plaidé non coupable à un compte d'agression sexuelle en juillet.

Shields est arrivé en cour accompagné de deux avocats et n'a pas fait de commentaires.

Le commissaire adjoint à la retraite, Craig Callens, a déclaré que la GRC a pris connaissance des allégations d'inconduite sexuelle contre Shields en 2013. L’enquête n'a pu être complétée en raison d'un manque de preuve, mais l’apparition de nouvelles informations en 2014 a permis de la faire progresser.

Shields a été suspendu avec solde en mai 2016 et a soumis ses documents de démission en décembre.