/world/usa
Navigation

Prison pour une Américaine niant la réalité d’une tuerie d’enfants

Gavel,Law theme, mallet of judge
Photo Fotolia

Coup d'oeil sur cet article

Une Américaine, convaincue que l’une des pires tueries par arme à feu aux États-Unis aurait été mise en scène, a été condamnée à la prison ferme pour des menaces de mort à l’encontre du père de l’une des victimes.

Lucy Richards, 57 ans, a plaidé coupable et a été condamnée à cinq mois d’emprisonnement qui seront suivis par cinq mois supplémentaires où elle sera assignée à domicile, a annoncé le ministère américain de la Justice dans un communiqué mercredi.

Cette habitante de Floride fait partie d’une minorité infime mais active d’Américains qui nient la réalité de la tuerie perpétrée le 14 décembre 2012 à l’école primaire de Sandy Hook, dans l’État du Connecticut.

Un déséquilibré, Adam Lanza, avait ouvert le feu sur les écoliers et les enseignants, tuant 20 enfants et six adultes. Ce massacre est probablement celui qui a le plus choqué l’opinion publique américaine ces dernières années, étant donné les nombreuses jeunes victimes.

Mme Richards a envoyé des messages vocaux et par courriel menaçant de mort Lenny Pozner, dont le fils âgé de six ans, Noah, a été tué ce jour-là.

La tuerie de Sandy Hook est souvent utilisée comme référence par les partisans de contrôles plus stricts pour l’accès aux armes à feu. D’où les tentatives de certains militants du port d’arme d’en nier la réalité.

Infowars.com, un site adepte des théories du complot, a ainsi assuré que cet événement avait été monté de toutes pièces, avec acteurs à l’appui.