/sports/racing
Navigation

Grosjean a un plan pour la course

Grand-Prix du Canada
Photo Pierre-Paul Poulin Dimanche, Romain Grosjean s'élancera de la 14e position lors du Grand Prix du Canada.

Coup d'oeil sur cet article

Le vétéran Romain Grosjean est conscient qu’il lui sera à peu près impossible d’accéder au podium, mais il garde espoir d’améliorer sa place, lui qui s’élancera du 14e rang dimanche après-midi.

Ayant terminé deuxième de l’épreuve montréalaise dans une Lotus en 2012, le Français qui court pour l’écurie Haas a été incapable de franchir le deuxième segment des qualifications avec un chrono de 1 min 13,839 s.

Même s’il affichait son plus beau sourire en entrevue, il restait amer, estimant que peu de choses le séparaient d’une position nettement plus avantageuse sur la grille de départ.

«On savait dès le début qu’on n’aurait pas la performance suffisante pour concurrencer les meilleurs, mais c’était très serré. Par contre, en Q2, ç’a n’a pas été comme voulu, car un ensemble de pneus (ultratendres) n’a pas fonctionné comme prévu. Il n’avait pas le même niveau d’adhérence à la piste et ce n’était pas normal», a déclaré le détenteur du 12e rang au classement des pilotes.

En dépit de cette journée décevante, Grosjean espère obtenir des points, lui qui en compte neuf cette saison.

«La course sera longue et les freins vont souffrir. On jouera sur cet élément pour tenter de récolter des points», a-t-il affirmé.

Circuit compliqué

D’ailleurs, le pilote de 31 ans connaît assez bien Montréal, une ville qu’il aime malgré le défi technique et mécanique que représente le circuit Gilles-Villeneuve.

«Ça reste ardu ici, car il y a ce mélange entre un parcours permanent et de ville. Et il y a des murs partout. C’est un peu dur de s’adapter aux nombreuses bosses et ce n’est pas facile de dépasser. [...] La piste était également poussiéreuse en matinée (lors de la troisième séance d’essais libres), mais elle s’est améliorée avec la chaleur en après-midi», a-t-il ­expliqué.

Maintenant, Grosjean peut-il ­espérer un miracle ce week-end?

«Mon plus beau souvenir ici date de 2012 et je souhaite gagner un jour, mais ce ne sera pas demain», a-t-il conclu.