/news/currentevents
Navigation

Arrestation d’Alexis Vadeboncoeur: un policier coupable de voies de fait veut revenir dans la police

Kaven Deslauriers est le seul des 4 policiers impliqués dans l'arrestation d'Alexis Vadeboncoeur à avoir été trouvé coupable de voies de fait.
Photo Amélie St-Yves Kaven Deslauriers est le seul des 4 policiers impliqués dans l'arrestation d'Alexis Vadeboncoeur à avoir été trouvé coupable de voies de fait.

Coup d'oeil sur cet article

TROIS-RIVIÈRES | Le policier trouvé coupable de voies de fait à la suite de l’arrestation musclée d’Alexis Vadeboncoeur souhaite la clémence du juge pour pouvoir éventuellement retourner dans la police.

L’avocat de Kaven Deslauriers, Stephen Angers, a rappelé au juge Steve Magnan qu’il ne faut pas succomber à la pression populaire et attribuer une sentence par vengeance, vendredi matin à Trois-Rivières lors des représentations sur la peine.

Maître Angers a rappelé que les coups portés par Kaven Deslauriers à Alexis Vadeboncoeur étaient un geste isolé et non prémédité. Il demande ainsi une absolution inconditionnelle pour éviter le casier judiciaire à son client, qui pourrait ainsi tenter de joindre à nouveau les rangs de la police.

«Policier a toujours été le rêve de sa vie. Il n’a jamais envisagé de faire carrière dans un autre domaine», a poursuivi l’avocat.

Rappelons que les images de l’arrestation captées par une caméra de surveillance du cégep de Trois-Rivières avaient fait le tour du monde. On y voyait Alexis Vadeboncoeur se coucher à plat ventre dans le stationnement du cégep de Trois-Rivières. Pourtant, plusieurs coups ont été portés dans l’arrestation qui a suivi. Dans la vidéo, on voyait clairement Kaven Deslauriers frapper le suspect avec des mouvements de grande amplitude.

Un doute a persisté dans l’esprit du juge à savoir si Alexis Vadeboncoeur a résisté à son arrestation comme les policiers l’ont affirmé. Le juge a mentionné que les choses auraient pu se faire autrement, mais a également tranché que ce n’est pas parce que l’arrestation a été boiteuse que les policiers ont commis des gestes criminels.

Intérêt public

De son côté, la Couronne, représentée par Maître Aryanne Guérin, a demandé une peine suspendue ou une amende. Elle croit qu’une absolution inconditionnelle pourrait nuire à l’intérêt du public.

«Le message doit être clair que ça ne peut pas se passer de cette manière-là», a-t-elle dit.

Le juge Steve Magnan rendra une décision le 25 juillet. Il voulait prendre le temps de penser à l’impact que pourrait avoir sa décision sur la crédibilité du système de justice.

«Comment le public va-t-il percevoir ma décision?», a expliqué le juge à Kevin Deslauriers, en disant avoir besoin de plus de temps pour réfléchir.