/misc
Navigation

Remaniement : un facteur Louis-Hébert

Coup d'oeil sur cet article

Bien des députés libéraux ont dû être déçus d’entendre Philippe Couillard encore reporter le grand remaniement ministériel attendu depuis des mois. Pas de promotion rêvée pour le départ en vacances, donc! La clé de ce nouveau délai réside possiblement dans la tenue de l’élection partielle dans Louis-Hébert.

L’ex-ministre Sam Hamad ayant démissionné le 27 avril, le premier ministre doit déclencher l’élection partielle au plus tard le 27 octobre dans cette circonscription de la Capitale-Nationale.

Il ne souhaite probablement pas que cette campagne cruciale chevauche le scrutin municipal, le 5 novembre.

M. Couillard sera tenté de déclencher l’élection complémentaire au début de septembre.

Or, comment le PLQ aurait-il pu attirer un candidat vedette dans Louis-Hébert si le premier ministre s’était attaché les mains en formant déjà, en juin, le conseil des ministres devant le mener à la victoire en 2018?

Le grand remaniement étant reporté, M. Couillard permet de poursuivre la chasse aux vedettes locales dans Québec, qu’il devient plus facile de courtiser en promettant une limousine.

Ça aide à convaincre quelqu’un!

Parce que les libéraux ont besoin de trouver un homme (une femme) fort(e) pour naviguer dans la zone souvent turbulente de Labeaume City, et aussi de lancer un message en vue de la prochaine élection générale.

LES YEUX SUR LES SONDAGES

Dans le sondage Léger du 20 mai dernier, la CAQ mène largement dans la région de Québec avec 41 % d’appuis, contre 25 % pour le PLQ.

Les libéraux savent qu’ils ne peuvent se permettre d’échapper Louis-Hébert.

Une défaite provoquerait un vent de panique chez les rouges et conforterait l’impression générale de vent-dans-les-voiles-caquistes!

Le comté est demeuré libéral depuis l’arrivée en politique de Sam Hamad en 2003.

Quand la vague adéquiste a déferlé sur Québec, en 2007, Sam avait résisté, mais sa majorité avait fondu à 800 voix.

En 2014, il l’a emporté très facilement avec 8000 votes de plus que la CAQ.

Nul doute que sa notoriété personnelle avait beaucoup à y voir.

UN FUTUR MINISTRE

Pour mater la montée caquiste, Philippe Couillard rêve sûrement d’une personnalité qui transcenderait Louis-Hébert et qui aiderait la réélection des autres députés de la région.

Une vedette qui ferait le saut immédiatement au conseil des ministres remanié après la partielle.

Ça n’empêcherait pas le premier ministre de faire graduer la députée de Chauveau, Véronyque Tremblay, jeune femme et bonne communicatrice, dont il a besoin pour projeter une image de renouveau.

Par contre, une bonne prise libérale dans Louis-Hébert nuirait aux chances d’avancement de l’autre jeune député, Patrick Huot.

Chose certaine, la chasse à la perle rare se poursuit.

Il est même arrivé que la CAQ et le PLQ frappent à la même porte pour solliciter des candidats.

C’est la Grande séduction en double!