/news/currentevents
Navigation

Ontario : prison à vie pour l’infirmière meurtrière

Elizabeth Wettlaufer
Capture d'écran Elizabeth Wettlaufer

Coup d'oeil sur cet article

WOODSTOCK, Ontario – Même si elle s’est excusée lundi, l’ex-infirmière ontarienne Elizabeth Wettlaufer a été condamnée à 25 ans de prison sans possibilité de libération conditionnelle pour avoir tué huit personnes âgées dont elle prenait soin dans des résidences pour aînés dans le sud de l’Ontario.

«Elle était l’ombre de la mort qui est passée sur ses victimes», a dit le juge Bruce Thomas, cité par Global News, qui estime qu’elle ne sera jamais libérée.

L’infirmière s’était reconnue coupable le 1er juin de ces meurtres, ainsi que de quatre autres tentatives de meurtre et deux voies de fait graves au palais de justice de Woodstock.

Elle avait injecté de l’insuline à ses victimes sans avoir obtenu leur consentement.

«J’ai causé d’énormes douleurs et souffrances, ainsi que la mort. Pardon est un mot bien trop petit. Je suis extrêmement désolée», a-t-elle affirmé lundi selon Global.

Wettlaufer avait été accusée en octobre dernier des meurtres prémédités de huit personnes âgées hébergées dans des centres de soins du sud de l’Ontario.

Les crimes ont été commis de 2007 à 2014 à Woodstock et à London, en Ontario. Les victimes, des hommes et des femmes, étaient âgées de 75 à 96 ans. L’ex-infirmière en avait la garde pendant la nuit.

Selon la Couronne, l’ancienne infirmière se croyait investie d’une mission divine qui consistait à abréger les souffrances de ses patients en leur donnant la mort. Toujours selon la Couronne, l’accusée aurait fait des recherches sur internet concernant les surdoses d’insuline et sur les infirmières qui attentent à la vie de leurs patients.